Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 octobre 2014 1 06 /10 /octobre /2014 15:51

C'est un peu comme le shampoing, on va vous faire un bilan 3 en 1. D'une part, parce qu’on n'arrête pas depuis qu'on est rentrés et aussi parce que malgré les différences: Le Guyana, le Suriname et la Guyane Française ont une forte identité commune!

Itinéraires

Nous sommes arrivés au Guyana par le sud, ce qui nous a permis (non sans mal) de traverser la jungle sur plusieurs jours. Puis une fois à Georgetown nous avons poursuivi sur la côte jusqu'à Cayenne, en faisant quelques expéditions vers le sud

Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française

Malgré la petite taille de ces destinations nous avons tout de même parcouru 868km au Guyana, 902km au Suriname et 800km en Guyane Française.

Paysages et nature

Les Guyanes forment un ensemble géographique cohérent, puisqu'elles appartiennent au Plateau des Guyanes situé au Nord de l'Amazone et le long de la côte Atlantique. On y trouve des paysages assez identiques. Bien sûr la forêt tropicale aura marqué notre parcours, mais nous avons aussi traversé des paysages de savane, des marais et longé la côte.

Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane FrançaiseBilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane FrançaiseBilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane FrançaiseBilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane FrançaiseBilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane FrançaiseBilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française

Traverser la forêt sur plusieurs centaines de kilomètres ne fut pas tous les jours facile. Mais jamais nous n'aurions imaginé pouvoir être au plus près des animaux et des beautés de la Nature. Encore une fois les vélos sont un excellent moyen de découvrir des coins peu accessibles et surtout grâce au silence on a pu surprendre différentes bestioles.

Même si nous n'avons pas croisé autant d'animaux qu'au Pantanal, on a vu de beaux spécimens:

Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française

Enfin deux lieux nous ont vraiment marqués:

- Au Guyana la chute Kaieter est magnifique.

- En Guyane, la plage des Hattes à Awala fut incroyable, car on a pu assister à la ponte et à l'éclosion de tortues.

Patrimoine et histoire

Là encore nous avons eu de belles surprises, lors de notre passage. Bien entendu ces pays sont connus pour l’omniprésence de la nature. Mais dans les villes, Georgetown, Paramaribo, Saint-Laurent du Maroni et Cayenne, nous avons pu apprécier une architecture coloniale charmante. Celle-ci mélange le savoir-faire européen et les matériaux locaux. Cette architecture colorée où domine le bois réserve de belles surprises.

Un autre aspect surprenant ce sont les nombreux édifices religieux qui sont d'une variété incroyable. Entre les mosquées, églises, temples hindous, protestants et les synagogues, on a fait presque le tour de toutes les religions et sectes du monde.

Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française

Comme d'habitude les vestiges et les vielles pierres nous permettent d'approfondir l'histoire de ces contrés. Telle l'ancienne exploitation de la canne à sucre, à Marinenburg où de nombreux esclaves Africains étaient présent, comme partout ailleurs aux Guyanes. L'esclavage fut une affaire Européenne!

Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française

Côté Français l'histoire de la Guyane est également très liée aux bagnes. Difficile aujourd'hui d'imaginer l'enfer des forçats, mais la lecture des témoignages et notre visite du camp de la transportation et des îles du Salut, nous ont apporté un regard neuf sur cette page sombre de notre histoire.

Les Guyanais, les Surinamais, les Amérindiens, les Javanais, ...

Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française

Quelle diversité aux Guyanes! Nous avons croisé presque la terre entière ici. Quel drôle de voyage de voir un temple Hindou, puis ensuite de manger dans un restaurant Indonésien, de se faire coiffer par un Rasta et d'aller faire ses courses chez le Chinois! Au fil des siècles, parfois contre leur volonté, les gens sont arrivés d'Afrique, d'Asie, des Caraïbes et d'Europe. Cette diversité des cultures nous aura beaucoup surpris. Clairement les Guyanes sont à part au sein de l'Amérique du Sud... latine. Mais à y regarder de plus près beaucoup de diversité mais pas tant de mixité que ça. Chacun vit dans son quartier, dans une rue ou un village. Mais ils vivent tous ensemble sans difficultés, voilà au moins l’essentiel.

Les trois Guyanes ont des spécificités de part leur histoire et leurs langues différentes. Mais on a aussi remarqué beaucoup de points communs. Tel le concours de Picolettes, il s'agit de faire un combat de chant de petits oiseaux. Ceci explique les nombreuses petites cages qu'on voit partout: au bord des routes, à l'entrée des maisons, dans les camions...

Hébergements

Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française

C'est pas toujours simple de bivouaquer aux Guyanes. Trouver un espace libre, sans herbes hautes et sans moustiques relève de la compétition. C'est une bonne raison pour demander l'hospitalité. Pour nous il n'était pas question de dormir en lisière de forêt. D'une part parce qu'on n'est pas habitué et on s'imaginait pleins de trucs et d'autres part notre tente étant en fin de vie on recherchait un toit pour se protéger des fortes pluies! Dans la région, beaucoup de voyageur à vélo abandonne leur tente pour le hamac. Nous avons tenté de faire la même chose, c'est vrai qu'il y a de nombreux abris où l'on peut s'installer. Mais soit le modèle qu'on a acheté n'était pas confortable soit il faut un temps d'adaptation.

On se dit que dans ces conditions l'hôtel est un refuge bien agréable. Certes, mais au Guyana, comme souvent sur le Continent, l'hôtel n'est pas un lieu pour dormir. En effet à Linden, la petit pension nous a réservé des surprises. Trois fois de suites, deux jeunes filles sont venues frapper à la porte. Une d'elle demanda à Tetef : " We are two girls, you are two boys, we can have good time together?" Faut pas être fort en anglais pour comprendre, mais Tetef fut tellement surpris, qu'il n'a pas compris tout de suite ce qu'elles voulaient!

Sur les 68 nuits aux Guyanes, nous avons été 13 fois à l’hôtel, 4 nuits en camping/Parc Naturel, 19 nuits en bivouac dont 6 chez des habitants et 32 nuits grâce à Couchsurfing ou warmshower. On a eu beaucoup de chance notamment à Paramaribo et en Guyane française. D'excellentes rencontres et d'échanges "en français" pour terminer le voyage en beauté!

Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française

Ce qui va nous manquer

- Une nature préservée

- La chaleur et la pluie rafraîchissante

- La cuisine chinoise

- La Parbo

- Le respect des cyclistes sur la route

- Les belles rencontres

Ce qui ne nous manquera pas

- La cuisine Indonésienne épicée

- Les moustiques

- Le pipi des chauves-souris

- Le vent dans la tronche

- Dormir en hamac

Bêtisier

Retour en images sur ces dernières semaines de voyages.

Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française

Remerciements

Nous tenons à remercier:

- Au Guyana: Eric à Lethem pour son accueil et ses conseils, le lodge super cher à Iwokrama et son guide sympa, Warren pour la cuisine et le dortoir, on n'oubliera pas l'accueil d'Annie (angélique au début et démoniaque le matin) et surtout le Gospel à fond dès 4h du mat' (Beurk), Alicate notre voisin le temps d'une nuit dans la jungle, On n'oublira pas non plus l'accueil le plus lamentable du voyage chez Mark (Le pire Couchsurfeur du monde!). Sans oublier les anonymes qui ont accepté qu'on installe notre moustiquaire près de chez eux!

- Au Suriname: Matthijs à Paramaribo pour son super accueil et les bonnes bouffes, Neman et ses collègues à Brownsberg, Patman et ses collègues à Moengo.

- En Guyane Française: Marie, Grégoire et le petit Siméon, pour le prêt de leur appart'; Alex, Lydie et le petit "Bibou" dans leur superbe maison et les échanges sur les voyages à vélo; Le gitan et sa passion pour Daniel Guichard!; Damien et Camille pour leur "cabane" en forêt et surtout les bons plans pour Soyouz; Coline, Lars et Cacao le chat, une belle rencontre et en plus ils ont essayé leur nouvelle piscine avec nous!; Martin, Marco et Janishta; Patrick et Maly pour les nombreux échanges et la gastronomie japonaise; L'Auberge des Orpailleurs pour avoir gardé les vélos; Enfin le meilleur pour la fin, Pierre et Valentine pour l'accueil dans le "Bungalove" et le partage incroyable pour finir le voyage en beauté! Merci à tous on espère vous revoir bientôt en Métropole!

Pour revoir toutes nos vidéos selon les pays, cliquez sur les liens suivants:

Repost 0
13 août 2014 3 13 /08 /août /2014 11:00

Des canaux, des routes plates, des maisons en bois, des digues et du gouda dans les supermarchés: Bienvenue au Suriname!

Nieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du vélo
Nieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du vélo

Certes l'influence Hollandaise est forte sur cette ancienne colonie, devenue indépendante en 1975. Mais une chance pour nous, la population parle largement l'anglais et on est pas obligé de baragouiner le Néerlandais! Ce petit pays réserve encore de belles surprises. Au premier abord, on y retrouve beaucoup de similitudes avec le Guyana.

Dès le passage de frontière on échange avec les habitants et ils parlent un anglais plus accessible qu'au Guyana. Nous roulons dans un paysage étrange et solitaire lors des 38 km qui nous séparent de la première "ville": Nieuw Nickerie.

Pas grand chose à voir et à faire. Mais on y flâne, s'y repose à l'hôtel, on va sur internet et on enchaîne les restaurants chinois, alternant nouilles ou riz.

Nieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du vélo

La balade le long de la côte, derrière la digue, est sympa. Encore une fois on est hors du temps et ailleurs, puisqu'on y découvre un temple Hindou.

En route vers la capitale

Bizarre cette sensation de rouler sur du plat. Est-ce que les cols à 4000m nous manquent? En tout cas même si le vent de face n'est pas un allié, on peut faire 20m de dénivelé en 100 bornes. D'ailleurs on appréhendait un peu pensant que cette route où l'on ne voit pas la mer serait lassante avec ces lignes droites sur des dizaines de kilomètres.

Mais les paysages changent et varient: rizière (on voit même les avions qui déversent les produits chimiques), marais, champs, villages et forêt. On croise même notre plus gros serpent du voyage, un boa:

On se retrouve le soir dans des petits villages, en effet dur dur de mettre la tente dans les marais ou la forêt. On essuie quelques refus, mais deux nuits de suites on s'improvise voisin de gentilles familles. On s'installe dans la maison en construction ou abandonnée à côté de chez eux. Sabita et Amide nous offre même le thé et surtout nous permettent de prendre une bonne douche!

Nieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du vélo

Il est temps de prendre la photo des 29 000 km, soyons naturels, qu'est ce qu'on se dit dans ces cas la: "Putain quand même, va t-on faire les 30 000km???"

Nieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du vélo

Paramaribo, c'est beau la ville

Autant l'avouer, qui connait le nom de la capitale du Suriname avant d'y avoir mis les pieds? Pourtant la ville est superbe ce qui lui vaut d'être inscrite au patrimoine mondiale. Nous avons la chance d'être logé chez Matthijs, un expat Hollandais. Dès le lendemain de notre arrivée, on part tous les 3 faire une boucle de 60km, tout de même, pour découvrir l'autre rive de la rivière Suriname.

Nieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du vélo

Nous visitons un ancien fort et une prison, puis beaucoup moins conventionnel une ancienne usine pour la canne à sucre et le rhum. En effet de nombreuses plantations étaient présentes dans ce secteur. Elle est fermée depuis un bon moment, la nature reprend ses droits sur les bâtiments et les machines.

Nieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du vélo
Nieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du véloNieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du vélo
Nieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du véloNieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du véloNieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du vélo

Bon au-delà du charme d'un patrimoine industriel livré à l'abandon, il s’agissait à l'origine d'une plantation faisant appel aux esclaves. Ils furent arrachés d'Afrique et travaillèrent ici jusqu'à l’abolition de l'esclavage. Une fois libres, ils ne voulaient plus être sous les ordres de leur maîtres. On alla chercher une nouvelle main d'œuvre du côte de Java, l'Indonésie et en Inde. L'Histoire explique la diversité actuelle du pays. D'ailleurs le midi on va manger dans un Warung, un resto Indonesien. C'est bon, mais trop épicé à notre goût, on a la bouche en feu!

En rentrant on traverse le grand pont qui enjambe le fleuve. Il est normalement interdit aux vélos, mais on y passe sans problème et on profite de la vue magnifique sur la capitale.

Nieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du véloNieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du vélo

Les autres jours sont consacrées à la visite de la ville: belles maisons, musée, marché, balades, ciné,...On croise de nombreux touristes, grands, blonds et blancs, pas de doute c'est les vacances en Hollande. Finalement on se rend compte qu'on est bronzé! La ville est belle, mais beaucoup trop encombrée par les bagnoles, dommage.

Nieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du vélo
Nieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du véloNieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du vélo
Nieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du véloNieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du vélo
Nieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du vélo

Le soir on profite de la cuisine de Matthijs pour faire de bons petits plats et se faire plaisir.

Explorons le Suriname

Pour ne pas traverser le pays en 5 jours (sisi en vélo c'est possible), nous décidons de laisser des affaires à Paramaribo et de partir vers le sud en direction du Parc Naturel du Brownsberg. C'est donc avec moins de sacoches que nous réalisons cette expédition de quelques jours. Encore une fois on est surpris sur ce qu'on voit sur la route. Après un léger détour, on se rend à Joddensavane, ancienne implantation juive, aujourd'hui en ruine. Nous avons les lieux rien que pour nous: cimetières, synagogue (Première construite sur le continent) et quelques animaux.

Nieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du vélo
Nieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du véloNieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du véloNieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du vélo
Nieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du vélo

Pour y aller on ne prend pas le pont détruit par deux collisions de bateaux, mais un petit bac. Plutôt que de le réparer, les autorités en construisent un neuf plus en amont.

Nieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du vélo

Sur la route du retour on s'arrête pour bivouaquer dans une rivière couleur Cola.

Nieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du vélo

Nous faisons encore un détour, malgré nous, pour aller voir le barrage Afobaka. Il fournit l'énergie pour une partie du pays, mais surtout pour la transformation de la bauxite, très présente dans la région, en aluminium. L'entreprise minière est tellement puissante, que la route qui longe le lac est privée et on doit donc faire demi tour et se rajouter 20km... C'était pourtant pas faute d'avoir demandé à un policier si on pouvait emprunter cette route, mais faut croire qu'il n'y avait pas mis les pieds!

Nieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du vélo

Le soir on a la chance de tomber chez des mecs sympas qui gèrent le contrôle d'origine du bois. Ils nous accueillent sans problème, on a même le droit à la douche!! Nous discutons beaucoup avec Neman sur la déforestation et les moyens de contrôles qu'ils ont.

Nieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du vélo

Enfin le grand jour est là, on laisse les légères collines et on grimpe sur le Brownsberg, du dénivelé sur de la piste, c'est bon pour les mollets! Le truc, c'est que sous la chaleur humide, on transpire comme des boeufs. Autant vous dire qu'on est trempé, surtout après les pentes à 15%. Mais ça valait la peine, nous prenons beaucoup de plaisir à randonner dans le parc, découvrir différentes cascades. Tétéf a même le droit à une machette pour jouer les durs! Mais on a braqué personne...

On commence à se familiariser avec l'univers de la forêt et finalement, on s'en fait tout un fantasme, mais c'est pas si inquiétant que ça. Bon là les sentiers sont très bien marqués, difficile de se perdre. Le gros problème du Parc, c'est qu'une zone énorme a été détruite aux profits des orpailleurs. On entend le bruit des machines, donc on y voit pas beaucoup d'animaux... Mais quelques surprises tout de même.

Souvent lors du voyage, nos efforts pour grimper on été récompensés par de belles vues. Ici on a pu apprécier le point de vue sur le lac artificiel, lieu idéal pour camper!

Nieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du vélo
Nieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du véloNieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du véloNieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du vélo
Nieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du véloNieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du vélo
Nieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du véloNieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du vélo

Nous faisons demi-tour pour retourner vers la capitale. On repasse une nuit au bord de l'eau pour se rafraîchir et se baigner. Le lendemain en cours de route après une pause boisson, le mec de la boutique nous offre des bananes et ses légumes qu'on souhaitaient pourtant acheter.

Nieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du vélo

"Bonjour, bonjour!!"

Après une dernière soirée arrosée d'un sauvignon trop vieux (on ne sait plus choisir le vin non plus...), on quitte Matthijs et Paramaribo. Cette fois, c'est la dernière ligne droite avant notre dernière destination: la Guyane Française, la France! La France, ici en Amérique du Sud. Ce "petit" bout de territoire, ce lieu qu'on évoquait comme notre but.

Il est clair qu'on est dans un état bizarre, ce dernier territoire signifie la fin du voyage, le retour. D'ailleurs les choses se sont concrétisées lors de ces dernières semaines puisque nous avons pris nos billets d'avion pour rentrer. Déjà sur le bord des routes on entend des enfants nous dire en français: "Bonjour, bonjour!", "ça va?", "Vous allez où?". Bizarre aussi pour les personnes de comprendre que ne venons pas de Guyane, même si on est Français, et surtout qu'on n'y a jamais mis les pieds!!

Sur la route, on croise encore quelques villages, notamment de Noirs Marrons, descendants d'esclaves qui se sont échappés des plantations. A Moengo on espérait passer la nuit dans un hôtel. Mais grosse déception, soit on nous a proposé un prix excessif, soit les hôtels étaient fermés. On aurait pu même louer une maison pour une nuit. Finalement on va chez les collègues de Neman, le contrôleur du bois. Ils nous accueillent sans problèmes. ça ne valait pas la peine de tourner pendant deux heures dans la ville pour trouver un toit...

Nieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du vélo

Enfin encore une matinée de vélo pour arriver à Albina dernière "ville" étrangère du voyage. Au bord du fleuve Maroni, nous voici donc face à la France. On prend le bac, avec la pluie pour célébrer notre arrivée dans notre pays. Passage de la douane et le portail s'ouvre sur le dernier territoire à explorer avant le retour. Saint Laurent du Maroni, nous voilà!

Nieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du vélo

Il faut rouler à droite, parler français, manger de la baguette, du fromage, dire "bonjour", "merci"! En plus les gens comprennent!! Drôle de sensation après 2 ans où l'on parlait d'autres langues et certains repères étaient si différents. Pour tout vous dire, Tetef est persuadé que les billets d'euros qu'on a changé au Suriname sont faux: "Je te jure ils étaient pas comme ça à l'époque!!!". Croisons les doigts, on en a déjà écoulé 2...

Nous avons un mois pour découvrir la Guyane et ses nombreuses richesses.

Pour découvrir l'intégralité de nos photos, cliquez sur l'album suivant:

Repost 0
23 juillet 2014 3 23 /07 /juillet /2014 14:43

Georgetown, capitale à taille humaine

La ville est située à l'embouchure du fleuve Demerara, au bord de l’océan Atlantique . Comme à Linden, nous voyons beaucoup de maisons et bâtiments en bois, mais cette fois, un peu plus grands et un peu plus riches. La Cathédrale Saint-George est paraît-il, l'une des plus grandes églises en bois au monde. Effectivement de l’extérieur, elle est impressionnante et l’intérieur nous surprend également.

Georgetown (Guyana) - Nieuw Nickerie (Suriname) - 307 km - Derniers jours au Guyana
Georgetown (Guyana) - Nieuw Nickerie (Suriname) - 307 km - Derniers jours au GuyanaGeorgetown (Guyana) - Nieuw Nickerie (Suriname) - 307 km - Derniers jours au Guyana

Le climat étant tropical, le bois et les toits s’abîment rapidement. L'entretien régulier est vital, ce qui se voit aux toits de couleur vive.

Georgetown (Guyana) - Nieuw Nickerie (Suriname) - 307 km - Derniers jours au Guyana

Mais lorsque le bâtiment est à l'abandon, il ressemble étrangement à une maison hantée, ce qui a du charme également!

Georgetown (Guyana) - Nieuw Nickerie (Suriname) - 307 km - Derniers jours au Guyana

On aime se balader dans les rues, flâner dans les marchés, l'ambiance est tranquille. Les canaux sillonnent la ville. Certains sont entretenus et rappellent Amsterdam. D'autres ressemblent juste à des fossés remplis d'ordures, en particulier de boîtes en polystyrène des plats chinois à emporter...

Georgetown (Guyana) - Nieuw Nickerie (Suriname) - 307 km - Derniers jours au Guyana

Autre petit reproche : les trottoirs sont souvent inexistants et les piétons marchent tant bien que mal sur la route et se font (bien sûr) klaxonner par les voitures. Encore un pays où l'automobile est reine...

Le bord de mer est à peu près mis en valeur. On marche sur la digue qui protège la ville des très grandes marées et des tempêtes.

Georgetown (Guyana) - Nieuw Nickerie (Suriname) - 307 km - Derniers jours au Guyana

Le soir, nous rentrons dans notre hôtel. Ce n'est pas ce qui était prévu initialement, mais nous ne nous sommes pas sentis accueillis chez Marc, notre hôte Couchsurfing, et avons préféré partir (fuir?) après seulement 1 nuit chez lui... En tout cas, on ne le regrette finalement pas, puisqu'on s'est trouvé un petit appart avec cuisine, ce qui nous permet de nous sentir comme à la maison : empanadas sucrés à l'ananas, cookies, pizza, pancakes, pain...

Georgetown (Guyana) - Nieuw Nickerie (Suriname) - 307 km - Derniers jours au Guyana
Georgetown (Guyana) - Nieuw Nickerie (Suriname) - 307 km - Derniers jours au GuyanaGeorgetown (Guyana) - Nieuw Nickerie (Suriname) - 307 km - Derniers jours au Guyana
Georgetown (Guyana) - Nieuw Nickerie (Suriname) - 307 km - Derniers jours au Guyana

Kaieteur fall, la magnifique

Lors de notre traversée de la jungle depuis le sud du pays, nous avions entendu parler des chutes Kaieteur. Ça avait l'air sympa, mais plutôt difficilement accessible en vélo, surtout après les 500 km de pistes qu'on se prévoyait déjà. Mais à Georgetown, on se laisse finalement tenter. Nous nous rendons en vélo à l’aérodrome tout proche et prenons un petit avion qui nous fait d'abord survoler Georgetown pris dans une grosse averse.

Georgetown (Guyana) - Nieuw Nickerie (Suriname) - 307 km - Derniers jours au Guyana

Nous remontons le fleuve Demerara que nous avions suivi depuis Linden, survolons la forêt que nous avons traversée sans imaginer le paysage autour. Ici, on comprend le terme "préservé". Il n'y a quasiment aucune route, le vert s’étend à perte de vue. Les animaux sont tranquilles, loin des hommes.

Georgetown (Guyana) - Nieuw Nickerie (Suriname) - 307 km - Derniers jours au Guyana

Puis les montagnes font leur apparition et, au bout d'une vallée, nous apercevons ce spectacle à couper le souffle :

Georgetown (Guyana) - Nieuw Nickerie (Suriname) - 307 km - Derniers jours au Guyana

L'avion atterrit à quelques centaines de mètres de là. Nous partons avec notre guide (peu loquace) vers les différents points de vue sur la chute.

Georgetown (Guyana) - Nieuw Nickerie (Suriname) - 307 km - Derniers jours au Guyana

La rivière, calme en amont, tombe d'un précipice de plus de 200m. La chute est impressionnante, tout comme le vide sous nos pieds lorsqu'on est sur ce rocher suspendu en l'air...

Georgetown (Guyana) - Nieuw Nickerie (Suriname) - 307 km - Derniers jours au Guyana

Apres cette excursion, nous reprenons l'avion et le decollage aussi est impressionnant:

Au retour vers Georgetown, nous apercevons d'un peu plus près ce qui fait la richesse (économique) du pays. Les mines d'or sont visibles de loin. Et pourtant, ce n'est pas vraiment la déforestation qui est un danger : avec ce climat tropical, en quelques années, toute trace de l'homme peut disparaître. En revanche, la pollution des rivières aux métaux lourds est un vrai danger pour la faune, la flore et l'homme lui-même. Pourtant, cette industrie brasse énormément d'argent et le pays en profite à tous les niveaux, cela ne va pas s’arrêter demain...

Georgetown (Guyana) - Nieuw Nickerie (Suriname) - 307 km - Derniers jours au Guyana

Nous faisons un dernier survol de Georgetown pour apprécier la ville vue du ciel.

Georgetown (Guyana) - Nieuw Nickerie (Suriname) - 307 km - Derniers jours au Guyana

Encore un petit tour et puis s'en vont

Nous serons restés 5 jours à Georgetown. Nous avions une petite formalité à régler avant de partir : obtenir notre visa pour le Suriname. Rien d'insurmontable, mais ça prend du temps. Et on s'est rappelé qu'on avait aussi choisi l’Amérique du Sud pour cela : pouvoir rentrer dans chaque pays, sans visa, sans contrainte administrative. Cela nous a simplifié la vie... Allez, c'est notre premier et dernier visa de ce voyage!

Un dernier détail à régler : depuis le vol de notre trousse de toilette, on ne peut plus se couper soi-même les cheveux (et la barbe) avec la tondeuse. Alors, on est oblige d'aller chez le coiffeur. Seul problème : il n'y a presque que des modèles de coupe Afro. On essaie de demander quelque chose de simple, et on arrive à ce résultat :

Georgetown (Guyana) - Nieuw Nickerie (Suriname) - 307 km - Derniers jours au Guyana
Georgetown (Guyana) - Nieuw Nickerie (Suriname) - 307 km - Derniers jours au Guyana
Georgetown (Guyana) - Nieuw Nickerie (Suriname) - 307 km - Derniers jours au Guyana
Georgetown (Guyana) - Nieuw Nickerie (Suriname) - 307 km - Derniers jours au Guyana

Le changement est radical!

Voyage dans l'espace et le temps

Nous repartons de Georgetown rassasiés.

1) Parce qu'on a bien profité de la cuisine de notre appart.

2) Parce que la ville valait bien cette pause pour la visiter et flâner dans ses rues

Nous roulons sur l'unique route qui longe la côte. Mais on ne verra presque jamais la mer : la digue qui protège les terres est trop haute pour laisser voir les vagues. On sait que la mer est proche, mais impossible de l'approcher...

Nous passons à Mahaica, où l'ambiance de marché nous plaît beaucoup!

Le long de la route, nous voyons beaucoup de temples hindous, de mosquées, d’églises diverses... La religion est visible et bien dotée en édifices!

Georgetown (Guyana) - Nieuw Nickerie (Suriname) - 307 km - Derniers jours au GuyanaGeorgetown (Guyana) - Nieuw Nickerie (Suriname) - 307 km - Derniers jours au GuyanaGeorgetown (Guyana) - Nieuw Nickerie (Suriname) - 307 km - Derniers jours au Guyana

Nous sommes surpris par la forte immigration des Chinois qui détient beaucoup de supermarchés et de restaurants, et aussi celle des Indiens, un peu moins visible dans les commerces, mais qui possède sa chaîne de télévision avec films de Bollywood et clips kitsch!

Georgetown (Guyana) - Nieuw Nickerie (Suriname) - 307 km - Derniers jours au Guyana

L'autre surprise, nous la découvrons un peu à nos dépends : les boutiques de téléphonie n'offrent que des appels internationaux, impossible d'appeler en local! Les gens appellent leur famille installée aux USA et au Canada. Plus de 300 000 personnes (la moitie du pays actuel...) sont en effet partis du pays depuis la fin des années 60 pour des raisons économiques et politiques.

La langue officielle du pays est l'anglais (même si on ne comprend pas tout...). Mais le long des routes, les villages ont conservé les noms utilisés sous les colonies et nous permettent de découvrir l'histoire mouvementée de ce petit pays.

Georgetown (Guyana) - Nieuw Nickerie (Suriname) - 307 km - Derniers jours au GuyanaGeorgetown (Guyana) - Nieuw Nickerie (Suriname) - 307 km - Derniers jours au GuyanaGeorgetown (Guyana) - Nieuw Nickerie (Suriname) - 307 km - Derniers jours au Guyana

Colonisé tout d'abord par les Néerlandais, le pays a ensuite connu des allers-retours entre la France, les Pays-Bas et l'Angleterre, cette dernière ayant (presque) le dernier mot en 1814. Puis, en 1966, très récemment, le Guyana obtient son indépendance de l'Empire Britannique, pendant la période très active de la décolonisation. C'est aujourd'hui le seul pays d’Amérique du Sud de langue anglaise, et l'un des plus petits...

Georgetown (Guyana) - Nieuw Nickerie (Suriname) - 307 km - Derniers jours au Guyana

En route vers le Suriname

Nous arrivons un dimanche midi dans la ville endormie de New Amsterdam. Le centre ne vaut pas Georgetown, mais nous permet une petite pause de vélo. Le soir, l'ambiance change complètement, les voitures tunées tournent dans la ville, les gens font le plein de bières dans les restaurants chinois et on entend pas très loin de notre hôtel la musique à fond d'une fête où a dû être invité DJ "N'importe quoi", coupant la musique et parlant pour que les gens lèvent les mains (Ouaiiiiis!")...

Apres avoir de nouveau longé la côte sans voir la mer, nous arrivons à l'embouchure de la rivière Corentyne. Fait inhabituel : il y a une plage! Et de l'autre côté de la rivière, on aperçoit le Suriname.

Georgetown (Guyana) - Nieuw Nickerie (Suriname) - 307 km - Derniers jours au Guyana

Pour notre dernière nuit au Guyana, nous trouvons un petit hôtel dont la chambre est déjà occupée par... une chauve-souris! Tetef essaie de la faire sortir, elle s'envole, fait plusieurs tours dans la chambre, s'accroche à Tetef ("Ahhhhh!") puis à la moustiquaire avant de continuer vers le couloir de l’hôtel et l’extérieur... On dormira tranquille cette nuit-la!

Encore quelques kilomètres et nous arrivons au ferry qui doit nous faire traverser la frontière. Les formalités administratives sont très longues, des 2 côtés de la frontière. Mais nous voilà enfin dans notre dernier pays avant la France. Bienvenu au Suriname!

Georgetown (Guyana) - Nieuw Nickerie (Suriname) - 307 km - Derniers jours au Guyana

Premières impressions

A peine sortis des formalités de la douane, nous commençons à cuisiner et sommes bientôt entourés par les chauffeurs de taxis qui nous posent mille questions. Ce qui les étonnent le plus ? Notre réchaud à essence et le fait qu'on ait traversé la forêt tropicale au Guyana...

Pendant ce repas, nous aurons presque autant échangé qu'avec les Guyaniens pendant tout notre séjour dans leur pays... Le Suriname commence bien!

Georgetown (Guyana) - Nieuw Nickerie (Suriname) - 307 km - Derniers jours au Guyana

Autre détail important : même si le Néerlandais est la langue officielle, on rencontre beaucoup de gens parlant anglais (et cette fois, on comprend!). C'est vrai que le Néerlandais est un peu plus dur à saisir...

Georgetown (Guyana) - Nieuw Nickerie (Suriname) - 307 km - Derniers jours au Guyana

Les premiers kilomètres au Suriname sont monotones. Nous suivons des canaux sur de très longues lignes droites. Tout d'abord nous traversons de la forêt puis des rizières à perte de vue.

Ces quelques kilomètres en pleine chaleur de l’après-midi sont éprouvants. C'est donc avec plaisir que nous arrivons à Nieuw Nickerie, 3ème ville du pays. La ville semble accueillante et devrait nous permettre de bien entamer ce nouveau pays!

L'album complet est disponible au lien suivant:

Repost 0

Stats

Nous sommes rentrés!

Daisypath Vacation tickers

Kilometrage Localisation
Au 04/09/2014 Au 04/09/2014
30 431km Cayenne

Où sommes-nous?

Nous contacter

   enveloppe

Catégories

Traduce / Translate