Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 octobre 2014 1 06 /10 /octobre /2014 15:51

C'est un peu comme le shampoing, on va vous faire un bilan 3 en 1. D'une part, parce qu’on n'arrête pas depuis qu'on est rentrés et aussi parce que malgré les différences: Le Guyana, le Suriname et la Guyane Française ont une forte identité commune!

Itinéraires

Nous sommes arrivés au Guyana par le sud, ce qui nous a permis (non sans mal) de traverser la jungle sur plusieurs jours. Puis une fois à Georgetown nous avons poursuivi sur la côte jusqu'à Cayenne, en faisant quelques expéditions vers le sud

Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française

Malgré la petite taille de ces destinations nous avons tout de même parcouru 868km au Guyana, 902km au Suriname et 800km en Guyane Française.

Paysages et nature

Les Guyanes forment un ensemble géographique cohérent, puisqu'elles appartiennent au Plateau des Guyanes situé au Nord de l'Amazone et le long de la côte Atlantique. On y trouve des paysages assez identiques. Bien sûr la forêt tropicale aura marqué notre parcours, mais nous avons aussi traversé des paysages de savane, des marais et longé la côte.

Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane FrançaiseBilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane FrançaiseBilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane FrançaiseBilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane FrançaiseBilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane FrançaiseBilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française

Traverser la forêt sur plusieurs centaines de kilomètres ne fut pas tous les jours facile. Mais jamais nous n'aurions imaginé pouvoir être au plus près des animaux et des beautés de la Nature. Encore une fois les vélos sont un excellent moyen de découvrir des coins peu accessibles et surtout grâce au silence on a pu surprendre différentes bestioles.

Même si nous n'avons pas croisé autant d'animaux qu'au Pantanal, on a vu de beaux spécimens:

Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française

Enfin deux lieux nous ont vraiment marqués:

- Au Guyana la chute Kaieter est magnifique.

- En Guyane, la plage des Hattes à Awala fut incroyable, car on a pu assister à la ponte et à l'éclosion de tortues.

Patrimoine et histoire

Là encore nous avons eu de belles surprises, lors de notre passage. Bien entendu ces pays sont connus pour l’omniprésence de la nature. Mais dans les villes, Georgetown, Paramaribo, Saint-Laurent du Maroni et Cayenne, nous avons pu apprécier une architecture coloniale charmante. Celle-ci mélange le savoir-faire européen et les matériaux locaux. Cette architecture colorée où domine le bois réserve de belles surprises.

Un autre aspect surprenant ce sont les nombreux édifices religieux qui sont d'une variété incroyable. Entre les mosquées, églises, temples hindous, protestants et les synagogues, on a fait presque le tour de toutes les religions et sectes du monde.

Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française

Comme d'habitude les vestiges et les vielles pierres nous permettent d'approfondir l'histoire de ces contrés. Telle l'ancienne exploitation de la canne à sucre, à Marinenburg où de nombreux esclaves Africains étaient présent, comme partout ailleurs aux Guyanes. L'esclavage fut une affaire Européenne!

Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française

Côté Français l'histoire de la Guyane est également très liée aux bagnes. Difficile aujourd'hui d'imaginer l'enfer des forçats, mais la lecture des témoignages et notre visite du camp de la transportation et des îles du Salut, nous ont apporté un regard neuf sur cette page sombre de notre histoire.

Les Guyanais, les Surinamais, les Amérindiens, les Javanais, ...

Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française

Quelle diversité aux Guyanes! Nous avons croisé presque la terre entière ici. Quel drôle de voyage de voir un temple Hindou, puis ensuite de manger dans un restaurant Indonésien, de se faire coiffer par un Rasta et d'aller faire ses courses chez le Chinois! Au fil des siècles, parfois contre leur volonté, les gens sont arrivés d'Afrique, d'Asie, des Caraïbes et d'Europe. Cette diversité des cultures nous aura beaucoup surpris. Clairement les Guyanes sont à part au sein de l'Amérique du Sud... latine. Mais à y regarder de plus près beaucoup de diversité mais pas tant de mixité que ça. Chacun vit dans son quartier, dans une rue ou un village. Mais ils vivent tous ensemble sans difficultés, voilà au moins l’essentiel.

Les trois Guyanes ont des spécificités de part leur histoire et leurs langues différentes. Mais on a aussi remarqué beaucoup de points communs. Tel le concours de Picolettes, il s'agit de faire un combat de chant de petits oiseaux. Ceci explique les nombreuses petites cages qu'on voit partout: au bord des routes, à l'entrée des maisons, dans les camions...

Hébergements

Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française

C'est pas toujours simple de bivouaquer aux Guyanes. Trouver un espace libre, sans herbes hautes et sans moustiques relève de la compétition. C'est une bonne raison pour demander l'hospitalité. Pour nous il n'était pas question de dormir en lisière de forêt. D'une part parce qu'on n'est pas habitué et on s'imaginait pleins de trucs et d'autres part notre tente étant en fin de vie on recherchait un toit pour se protéger des fortes pluies! Dans la région, beaucoup de voyageur à vélo abandonne leur tente pour le hamac. Nous avons tenté de faire la même chose, c'est vrai qu'il y a de nombreux abris où l'on peut s'installer. Mais soit le modèle qu'on a acheté n'était pas confortable soit il faut un temps d'adaptation.

On se dit que dans ces conditions l'hôtel est un refuge bien agréable. Certes, mais au Guyana, comme souvent sur le Continent, l'hôtel n'est pas un lieu pour dormir. En effet à Linden, la petit pension nous a réservé des surprises. Trois fois de suites, deux jeunes filles sont venues frapper à la porte. Une d'elle demanda à Tetef : " We are two girls, you are two boys, we can have good time together?" Faut pas être fort en anglais pour comprendre, mais Tetef fut tellement surpris, qu'il n'a pas compris tout de suite ce qu'elles voulaient!

Sur les 68 nuits aux Guyanes, nous avons été 13 fois à l’hôtel, 4 nuits en camping/Parc Naturel, 19 nuits en bivouac dont 6 chez des habitants et 32 nuits grâce à Couchsurfing ou warmshower. On a eu beaucoup de chance notamment à Paramaribo et en Guyane française. D'excellentes rencontres et d'échanges "en français" pour terminer le voyage en beauté!

Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française

Ce qui va nous manquer

- Une nature préservée

- La chaleur et la pluie rafraîchissante

- La cuisine chinoise

- La Parbo

- Le respect des cyclistes sur la route

- Les belles rencontres

Ce qui ne nous manquera pas

- La cuisine Indonésienne épicée

- Les moustiques

- Le pipi des chauves-souris

- Le vent dans la tronche

- Dormir en hamac

Bêtisier

Retour en images sur ces dernières semaines de voyages.

Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française
Bilan - Guyanes : Guyana, Suriname et Guyane Française

Remerciements

Nous tenons à remercier:

- Au Guyana: Eric à Lethem pour son accueil et ses conseils, le lodge super cher à Iwokrama et son guide sympa, Warren pour la cuisine et le dortoir, on n'oubliera pas l'accueil d'Annie (angélique au début et démoniaque le matin) et surtout le Gospel à fond dès 4h du mat' (Beurk), Alicate notre voisin le temps d'une nuit dans la jungle, On n'oublira pas non plus l'accueil le plus lamentable du voyage chez Mark (Le pire Couchsurfeur du monde!). Sans oublier les anonymes qui ont accepté qu'on installe notre moustiquaire près de chez eux!

- Au Suriname: Matthijs à Paramaribo pour son super accueil et les bonnes bouffes, Neman et ses collègues à Brownsberg, Patman et ses collègues à Moengo.

- En Guyane Française: Marie, Grégoire et le petit Siméon, pour le prêt de leur appart'; Alex, Lydie et le petit "Bibou" dans leur superbe maison et les échanges sur les voyages à vélo; Le gitan et sa passion pour Daniel Guichard!; Damien et Camille pour leur "cabane" en forêt et surtout les bons plans pour Soyouz; Coline, Lars et Cacao le chat, une belle rencontre et en plus ils ont essayé leur nouvelle piscine avec nous!; Martin, Marco et Janishta; Patrick et Maly pour les nombreux échanges et la gastronomie japonaise; L'Auberge des Orpailleurs pour avoir gardé les vélos; Enfin le meilleur pour la fin, Pierre et Valentine pour l'accueil dans le "Bungalove" et le partage incroyable pour finir le voyage en beauté! Merci à tous on espère vous revoir bientôt en Métropole!

Pour revoir toutes nos vidéos selon les pays, cliquez sur les liens suivants:

Repost 0
7 septembre 2014 7 07 /09 /septembre /2014 19:19

Cayenne, entre poivre et sel

Dernière capitale du voyage, oups, mais non dernière préfecture, puisque nous sommes en France! Nous voici dans la grande ville de Guyane, mais pas si grande et pas si laide! On a beaucoup apprécié ses rues, sa tranquillité et surtout l'écrin dans lequel elle se situe. Entre mangroves, océan, plages, forêts, même une ville en Guyane reste nature!

La ville conserve de belles maisons créoles, un marché typique de quoi faire quelques belles photos:

Cayenne - 250 km - Faim de voyage(s)Cayenne - 250 km - Faim de voyage(s)Cayenne - 250 km - Faim de voyage(s)

Nous consacrons une journée à randonner le long de la côte. On alterne les marais, la mangrove, la plage et la forêt, tout en étant à quelques mètres de la ville.

Cayenne - 250 km - Faim de voyage(s)Cayenne - 250 km - Faim de voyage(s)
Cayenne - 250 km - Faim de voyage(s)

De belles rencontres...

Ah oui au fait, c'est le dernier article du voyage en Amérique du Sud, alors sans tomber dans la nostalgie ou le bilan, encore une fois on a rencontré de très belles personnes à Cayenne.

Grâce à Warmshowers, nous avons été accueillis dans le centre de Cayenne chez Patrick et Maly. Encore une fois c'est l'occasion d'en savoir plus sur la Guyane et sur nos hôtes. Maly est Japonnaise et un matin elle part chercher du poisson frais au marché. Le soir elle nous propose un festin japonnais! Quel bonheur ce poisson cru légèrement mariné! Aligatô!

Patrick lui nous partage sa passion de l'Asie. Il rêve de faire la route de la Soie en vélo! Hummm ça donne des idées...

Cayenne - 250 km - Faim de voyage(s)
Cayenne - 250 km - Faim de voyage(s)

Nous passons notre dernière semaine chez Pierre et Valentine. Ils ont une belle maison, rénovée par leurs soins. Elle est entourée par la forêt et c'est super calme.

Ils sont drôles et un peu fous (on dit ça pour vérifier s'ils liront notre blog ;). Le contact est immédiat et on partage nos goûts du voyage. Il y a un peu moins d'un an, ils sont partis de Guyane en direction de l'Amazone et ensuite: Pérou, Bolivie, Argentine, Chili. Bref toi lecteur assidu du blog, tu sais qu'on est passé par là aussi.

D'ailleurs vous pouvez aller voir leur blog:

C'est vraiment formidable d'achever le voyage chez eux, entre les bonnes bouffes, la bière, les blagues et les fous rires et souvenirs de voyage en communs nous avons rencontrés deux personnes géniales. Ils font en quelques sorte la synthèse des personnes formidales que nous avons croisées au cours des 2 dernières années.

Cayenne - 250 km - Faim de voyage(s)Cayenne - 250 km - Faim de voyage(s)
Cayenne - 250 km - Faim de voyage(s)Cayenne - 250 km - Faim de voyage(s)

Petits caïmans....

Avec Pierre, Valentine et leurs amis, nous partons en soirée faire une excursion en canoë. Allez zou le canoë sur le toit du Kangoo et en route vers les mares Pali. Nous sommes trois sur le canoë, nous deux et Malou. Pour une fois on va se servir des bras, dont les muscles n'ont pas beaucoup servi pendant 2 ans. Mais ça se passe pas trop mal, on pagaie entre marais, forêts et superbes paysages.

Cayenne - 250 km - Faim de voyage(s)
Cayenne - 250 km - Faim de voyage(s)

Nous accrochons toutes les embarcations ensembles pour s'improviser un pique-nique sur l'eau au coucher du soleil. Au menu, Ti punch musclé de Pierre, saucisson à l'ail (Le truc de dingue), fromages et chips!

Puis arrive le moment tant attendu. On repart à la lampe frontale pour chercher les petits yeux brillants des caïmans dans la nuit. Bon d'abord on part vider notre canoë qui est perçé... Puis enfin on voit quelques spécimens, mais surtout des bébés!

Dernière expédition vers l'Est Guyanais

Cayenne - 250 km - Faim de voyage(s)

Pour connaître un peu plus la Guyane, on part quelques jours faire une expédition vers l'Est. Cette fois ce sont les vélos qu'on met sur le toit du kangoo! On part pour Cacao, petit village Hmongs au coeur de la forêt. Encore un pas vers l'Asie (Décidément c'est un signe!), puisqu'ici vivent les Hmongs, anciens réfugiés du Laos. On mange une bonne soupe de nouilles et des plats typiques au marché.

Cayenne - 250 km - Faim de voyage(s)Cayenne - 250 km - Faim de voyage(s)

De là nous partons en randonnée pour deux jours. Nous avons la forêt rien que pour nous. Malheureusement, on n'y croise pas beaucoup d'animaux, soit ils se cachent bien, soit la chasse fait des ravages. Mais bon on est peut être pas si discret que ça!

Sur la route on bivouaque deux fois dans un cadre très sympa. Dernier bivouac du voyage, en pleine forêt, sous un toit, avec barbecue, petite rivière et un jacuzzi naturel! Le pied!

Cayenne - 250 km - Faim de voyage(s)Cayenne - 250 km - Faim de voyage(s)
Cayenne - 250 km - Faim de voyage(s)

Après cette belle balade en forêt tropical, nous récupérons nos vélos pour aller vers Régina. C'est un village très tranquille le long du fleuve Approuague. On y aperçoit des chercheurs d'or, un épicier Chinois (pas Chinois), des gendarmes et des Brésiliens. On prend le temps d'y visiter un très beau musée où l'on apprend pleins de choses sur l'histoire du coin.

Cayenne - 250 km - Faim de voyage(s)Cayenne - 250 km - Faim de voyage(s)

Nous tentons d'aller faire une rando pour voir une roche qui émerge au-dessus de la jungle. Mais malheureusement, on se trompe de chemin, le bon était 10 mètres avant. Donc on a marché 3 heures pour rien... ou presque on a aperçu un petit caïman dans une flaque. Sauras-tu le trouver sur la photo?

Cayenne - 250 km - Faim de voyage(s)

Le retour vers Cayenne se passe bien. Il n'y a pas trop de trafic et les paysages sont beaux. Mais la route est terrible! Entre les pentes à 10% et les nombreux virages, on est crevé et en sueur. Pour notre dernière grande sortie en vélo c'était pas si simple!

Cayenne - 250 km - Faim de voyage(s)

Dernières heures du voyage

Nous occupons nos dernières journées, entre rando, l'occasion de voir un grand tamanoir en fôret!, bouffes, détente dans le hamac, lectures et tri des affaires!

Et oui 2 ans après avoir fait et préparé conscienieuemnt nos sacoches, cette fois, on jette, on donne car dans quelques heures on aura moins besoin de bivouaquer! Retour à la vie normale? Retour surtout auprès de la famille et des amis! Retour vers l'inconnu? Mais finalement notre vie a été rythmée pendant deux ans de moments de routines et d'autres où l'on ne savait pas où l'on allait!

Dernier article publié en Amérique du sud, mais pas d'inquiètude, l'aventure se poursuivra ailleurs, le voyage est un virus!

Aujourd'hui, dernier jour du voyage on en profite jusqu'au bout! Au programme on va voir quelques bébés tortues sur la plage, achats et resto avec Pierre et Valentine. Puis on rentre en vélo, 40km, pas mal pour le dernier jour. Il est temps d'emballer les vélos, les sacoches, peser tout ça et en route vers l'aéroport et la Métropole...

Cayenne - 250 km - Faim de voyage(s)
Cayenne - 250 km - Faim de voyage(s)Cayenne - 250 km - Faim de voyage(s)
Cayenne - 250 km - Faim de voyage(s)

Dernier petit truc avant de partir à l'aéroport... Hommage à Dexter!

Cayenne - 250 km - Faim de voyage(s)
Cayenne - 250 km - Faim de voyage(s)
Cayenne - 250 km - Faim de voyage(s)

Pour retrouver l'album complet, voici le lien:

Cayenne - 250 km - Faim de voyage(s)

Ah oui j'allais oublier, outre la Kangoo, Valentine qui est également bûcheronne (Bon ok élagueuse), roule en Tigrounette! Et à l'arrière Tétéf confirme, ça secoue!

Repost 0
27 août 2014 3 27 /08 /août /2014 19:02

D'Albina, Suriname, à Saint-Laurent-du-Maroni, France, il n' y a qu'un fleuve à traverser. Des 2 côtés, on retrouve les picolettes, ces petits oiseaux de "combat", les magasins tenus par les Chinois et la bière surinamaise Parbo. Mais on retrouve également les prix "français" qui font mal au portefeuille et le choix au Super U qui nous donne presque le tournis!

Saint Laurent du Maroni - Cayenne - 337 km - Premiers pas en France

Par un heureux hasard, nous sommes accueillis chez Marie et Grégoire qui nous laissent leur appartement et le chat en garde pendant leurs vacances en métropole. On aura quand même l'occasion de discuter ensemble avant leur départ. Ils partiront à l'aéroport avec quelques pancakes maison.

Saint Laurent du Maroni - Cayenne - 337 km - Premiers pas en France

Saint-Laurent-du-Maroni, aujourd'hui Ville d'art et d'histoire, a été fondé par et pour le bagne. Les vestiges sont nombreux et nous renvoient vers une époque peu glorieuse. La déportation vers la Guyane était souvent synonyme de mort pour les bagnards, en particulier à cause du manque de nourriture, des travaux de force et des épidémies courantes sous ce tropique.

Saint Laurent du Maroni - Cayenne - 337 km - Premiers pas en France
Saint Laurent du Maroni - Cayenne - 337 km - Premiers pas en FranceSaint Laurent du Maroni - Cayenne - 337 km - Premiers pas en France

Pendant cette semaine, nous partons 2 jours sur Awala, au bord de la mer. Nous sommes hébergés chez Lydie et Ale, cyclos comme nous, qui ont traversé l'Europe jusqu'en Turquie. On a beaucoup d'anecdotes à s'échanger, ça donne presque envie de continuer en Europe (mais chaque chose en son temps...). En attendant, on se balade en vélo, sans sacoche, mais une charrette pour emmener le petit Camille.

Saint Laurent du Maroni - Cayenne - 337 km - Premiers pas en France

Tout près de chez eux, se trouve un site exceptionnel : chaque année, des milliers de tortues viennent pondre sur les côtes de Guyane. Et la plage d'Awala est un des sites de ponte des tortues Luth les plus importants au monde. On arrive un peu tard, la saison est presque terminée, mais en nous baladant le soir sur la plage, nous avons la chance d'assister à la ponte d'une tortue Luth. La bête est énorme et suit tout un cérémonial pour recouvrir ses œufs et les camoufler le mieux possible des prédateurs.

Saint Laurent du Maroni - Cayenne - 337 km - Premiers pas en France

2 jours plus tard, nous nous baladons aux aurores sur la plage. Nous découvrons 2 nids de tortues saccagés par les chiens errants et les charognards. Au loin, nous apercevons de nouveau un chien et des oiseaux. En nous rapprochant, nous découvrons alors des petites tortues en train de sortir. Nous avons la chance de les voir remonter à la surface et se dépêcher à rejoindre l'océan. Notre présence a fait fuir les quelques prédateurs, mais tout n'est pas gagné pour ces bébés tortue : entre les poissons carnivores, les filets de pêche et les sacs plastiques qu'elles ingurgiteront en pensant que ce sont des méduses, seule une infime partie arrivera à taille adulte. En tout cas, on leur souhaite bonne chance!

Saint Laurent du Maroni - Cayenne - 337 km - Premiers pas en France
Saint Laurent du Maroni - Cayenne - 337 km - Premiers pas en FranceSaint Laurent du Maroni - Cayenne - 337 km - Premiers pas en France

Après cette escapade à Awala, nous revenons sur Saint-Laurent pour récupérer nos bagages avant de reprendre la route. Le début du trajet est valloné. La chaleur et l'humidité ne facilitent pas les choses. Et cette fois, plus de doute possible, nous franchissons le 30 000 ème kilomètre! Pour marquer le coup, on fera la photo souvenir de nuit...

Saint Laurent du Maroni - Cayenne - 337 km - Premiers pas en France

Le lendemain matin, on aura même une petite surprise au bord de la route!

Nos "amis", les bêtes

Nous traversons les bourgs de Iracoubo et Sinnamary. Quand on arrive a 14h, on a l'impression d'être dans une ville-fantôme... Sur la route, on fait plusieurs rencontres, plus ou moins heureuses. Tout d'abord, nous traversons une zone infestée de moustiques, qui nous sifflent dans les oreilles dès la nuit tombée. Ensuite, nous croisons une matoutou, grosse mygale du coin. Et enfin, plus poétique, nous nous retrouvons dans un nuage de papillons sur plusieurs kilomètres de long!

Au terme de cette étape, nous atteignons Kourou, siège du centre spatial!

Saint Laurent du Maroni - Cayenne - 337 km - Premiers pas en France

Malgré un report, nous avons la chance d'assister à un lancement dès le surlendemain. Nous nous levons à 4h30, faisons 45 minutes de vélo de nuit, arrivons au point de rassemblement où nous sommes fouillés comme si nous étions des terroristes, prenons ensuite un bus qui nous emmène sur un des sites "rapprochés" pour observer le décollage. A 9h27m11s, Soyouz décolle enfin!

Saint Laurent du Maroni - Cayenne - 337 km - Premiers pas en France

Oui, tout ça pour ça. On n'a quasiment rien vu, on était à plus de 15 km du lancement et en plus ça partait derrière une colline avec une forêt tropicale. Franchement décevant. On apprendra par la suite qu'il y a d'autres sites mieux placés, mais qu'il faut les demander bien en avance; alors, quand t'es touriste et que tu n'y connais rien, on te mets loin, comme ça, tu ne vois rien... En plus, les 2 satellites Galileo ont été placés sur une mauvaise orbite. Décidément, c'est la loose!

Nous partons ensuite sur les Iles du Salut. Sur les 3 îles restent les vestiges du bagne. Nous faisons de nouveau un bond dans le temps, rattrapés par l'horreur du passé.

Saint Laurent du Maroni - Cayenne - 337 km - Premiers pas en FranceSaint Laurent du Maroni - Cayenne - 337 km - Premiers pas en France
Saint Laurent du Maroni - Cayenne - 337 km - Premiers pas en France

Encore un lieu chargé de la mémoire des bagnards, et pourtant le lieu semble paradisiaque aujourd'hui : les îles sont entourées par une mer bleue, on aperçoit les tortues respirer à la surface et les singes ne sont pas effrayés par la présence de l'homme.

Saint Laurent du Maroni - Cayenne - 337 km - Premiers pas en France
Saint Laurent du Maroni - Cayenne - 337 km - Premiers pas en FranceSaint Laurent du Maroni - Cayenne - 337 km - Premiers pas en France
Saint Laurent du Maroni - Cayenne - 337 km - Premiers pas en France

Sur les îles, nous retrouvons la rigidité et les précautions inutiles bien françaises. Ici, on n'a pas le droit de faire grand chose, on est prévenu tous les 20m que c'est dangereux, et puis, comme ça, s'il arrive quelque chose, c'est de la faute de personne, mais ça fera le tour des journaux en disant qu'il faut plus de sécurité...

Saint Laurent du Maroni - Cayenne - 337 km - Premiers pas en FranceSaint Laurent du Maroni - Cayenne - 337 km - Premiers pas en FranceSaint Laurent du Maroni - Cayenne - 337 km - Premiers pas en France
Saint Laurent du Maroni - Cayenne - 337 km - Premiers pas en FranceSaint Laurent du Maroni - Cayenne - 337 km - Premiers pas en France
Saint Laurent du Maroni - Cayenne - 337 km - Premiers pas en FranceSaint Laurent du Maroni - Cayenne - 337 km - Premiers pas en FranceSaint Laurent du Maroni - Cayenne - 337 km - Premiers pas en France
Saint Laurent du Maroni - Cayenne - 337 km - Premiers pas en FranceSaint Laurent du Maroni - Cayenne - 337 km - Premiers pas en France

Au retour, nous allons visiter les installations du centre spatial. Cette fois, la visite est intéressante, nous allons sur chacun des sites de lancement Soyouz, Vega et Ariane 5. On découvre la salle de contrôle Ariane 5 qui paraît un peu vieillotte (et pourtant ça marche!), et la salle principale où sont suivis tous les lancements de Guyane.

Saint Laurent du Maroni - Cayenne - 337 km - Premiers pas en FranceSaint Laurent du Maroni - Cayenne - 337 km - Premiers pas en France
Saint Laurent du Maroni - Cayenne - 337 km - Premiers pas en France

A Kourou, nous sommes hébergés chez Damien et Camille, dans une maison en bordure de forêt, puis chez Coline et Lars, dans le centre de Kourou. Entre la soirée jeux, le barbecue, quelques plats cuisinés et une balade dans la ville, on a le temps de discuter et de découvrir la vie au quotidien près de la base spatiale (ils travaillent presque tous là-bas...).

Saint Laurent du Maroni - Cayenne - 337 km - Premiers pas en FranceSaint Laurent du Maroni - Cayenne - 337 km - Premiers pas en France

Nous quittons ensuite Kourou avec un vent de face très fort. Cayenne n'est pas très loin, mais ça nous épuise et surtout, pour la dernière vraie étape du voyage (sisi!), c'est un peu dommage. Encore une fois, pas de panneau d'entrée de ville à Cayenne, alors, on arrive sur la place des Palmistes, en plein centre ville, et on prend cette photo souvenir qui clôt plus de 30 000 km de Rio de Janeiro, Brésil, en Septembre 2012, à Cayenne, Guyane Française, en Août 2014!

Saint Laurent du Maroni - Cayenne - 337 km - Premiers pas en France

Nous allons rester quelques jours ici, il nous reste pas mal de choses à visiter dans la région, on devrait encore utiliser les vélos pour découvrir tout ça!

L'album photo complet est disponible au lien suivant :

Repost 0
13 août 2014 3 13 /08 /août /2014 11:00

Des canaux, des routes plates, des maisons en bois, des digues et du gouda dans les supermarchés: Bienvenue au Suriname!

Nieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du vélo
Nieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du vélo

Certes l'influence Hollandaise est forte sur cette ancienne colonie, devenue indépendante en 1975. Mais une chance pour nous, la population parle largement l'anglais et on est pas obligé de baragouiner le Néerlandais! Ce petit pays réserve encore de belles surprises. Au premier abord, on y retrouve beaucoup de similitudes avec le Guyana.

Dès le passage de frontière on échange avec les habitants et ils parlent un anglais plus accessible qu'au Guyana. Nous roulons dans un paysage étrange et solitaire lors des 38 km qui nous séparent de la première "ville": Nieuw Nickerie.

Pas grand chose à voir et à faire. Mais on y flâne, s'y repose à l'hôtel, on va sur internet et on enchaîne les restaurants chinois, alternant nouilles ou riz.

Nieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du vélo

La balade le long de la côte, derrière la digue, est sympa. Encore une fois on est hors du temps et ailleurs, puisqu'on y découvre un temple Hindou.

En route vers la capitale

Bizarre cette sensation de rouler sur du plat. Est-ce que les cols à 4000m nous manquent? En tout cas même si le vent de face n'est pas un allié, on peut faire 20m de dénivelé en 100 bornes. D'ailleurs on appréhendait un peu pensant que cette route où l'on ne voit pas la mer serait lassante avec ces lignes droites sur des dizaines de kilomètres.

Mais les paysages changent et varient: rizière (on voit même les avions qui déversent les produits chimiques), marais, champs, villages et forêt. On croise même notre plus gros serpent du voyage, un boa:

On se retrouve le soir dans des petits villages, en effet dur dur de mettre la tente dans les marais ou la forêt. On essuie quelques refus, mais deux nuits de suites on s'improvise voisin de gentilles familles. On s'installe dans la maison en construction ou abandonnée à côté de chez eux. Sabita et Amide nous offre même le thé et surtout nous permettent de prendre une bonne douche!

Nieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du vélo

Il est temps de prendre la photo des 29 000 km, soyons naturels, qu'est ce qu'on se dit dans ces cas la: "Putain quand même, va t-on faire les 30 000km???"

Nieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du vélo

Paramaribo, c'est beau la ville

Autant l'avouer, qui connait le nom de la capitale du Suriname avant d'y avoir mis les pieds? Pourtant la ville est superbe ce qui lui vaut d'être inscrite au patrimoine mondiale. Nous avons la chance d'être logé chez Matthijs, un expat Hollandais. Dès le lendemain de notre arrivée, on part tous les 3 faire une boucle de 60km, tout de même, pour découvrir l'autre rive de la rivière Suriname.

Nieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du vélo

Nous visitons un ancien fort et une prison, puis beaucoup moins conventionnel une ancienne usine pour la canne à sucre et le rhum. En effet de nombreuses plantations étaient présentes dans ce secteur. Elle est fermée depuis un bon moment, la nature reprend ses droits sur les bâtiments et les machines.

Nieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du vélo
Nieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du véloNieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du vélo
Nieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du véloNieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du véloNieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du vélo

Bon au-delà du charme d'un patrimoine industriel livré à l'abandon, il s’agissait à l'origine d'une plantation faisant appel aux esclaves. Ils furent arrachés d'Afrique et travaillèrent ici jusqu'à l’abolition de l'esclavage. Une fois libres, ils ne voulaient plus être sous les ordres de leur maîtres. On alla chercher une nouvelle main d'œuvre du côte de Java, l'Indonésie et en Inde. L'Histoire explique la diversité actuelle du pays. D'ailleurs le midi on va manger dans un Warung, un resto Indonesien. C'est bon, mais trop épicé à notre goût, on a la bouche en feu!

En rentrant on traverse le grand pont qui enjambe le fleuve. Il est normalement interdit aux vélos, mais on y passe sans problème et on profite de la vue magnifique sur la capitale.

Nieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du véloNieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du vélo

Les autres jours sont consacrées à la visite de la ville: belles maisons, musée, marché, balades, ciné,...On croise de nombreux touristes, grands, blonds et blancs, pas de doute c'est les vacances en Hollande. Finalement on se rend compte qu'on est bronzé! La ville est belle, mais beaucoup trop encombrée par les bagnoles, dommage.

Nieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du vélo
Nieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du véloNieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du vélo
Nieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du véloNieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du vélo
Nieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du vélo

Le soir on profite de la cuisine de Matthijs pour faire de bons petits plats et se faire plaisir.

Explorons le Suriname

Pour ne pas traverser le pays en 5 jours (sisi en vélo c'est possible), nous décidons de laisser des affaires à Paramaribo et de partir vers le sud en direction du Parc Naturel du Brownsberg. C'est donc avec moins de sacoches que nous réalisons cette expédition de quelques jours. Encore une fois on est surpris sur ce qu'on voit sur la route. Après un léger détour, on se rend à Joddensavane, ancienne implantation juive, aujourd'hui en ruine. Nous avons les lieux rien que pour nous: cimetières, synagogue (Première construite sur le continent) et quelques animaux.

Nieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du vélo
Nieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du véloNieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du véloNieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du vélo
Nieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du vélo

Pour y aller on ne prend pas le pont détruit par deux collisions de bateaux, mais un petit bac. Plutôt que de le réparer, les autorités en construisent un neuf plus en amont.

Nieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du vélo

Sur la route du retour on s'arrête pour bivouaquer dans une rivière couleur Cola.

Nieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du vélo

Nous faisons encore un détour, malgré nous, pour aller voir le barrage Afobaka. Il fournit l'énergie pour une partie du pays, mais surtout pour la transformation de la bauxite, très présente dans la région, en aluminium. L'entreprise minière est tellement puissante, que la route qui longe le lac est privée et on doit donc faire demi tour et se rajouter 20km... C'était pourtant pas faute d'avoir demandé à un policier si on pouvait emprunter cette route, mais faut croire qu'il n'y avait pas mis les pieds!

Nieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du vélo

Le soir on a la chance de tomber chez des mecs sympas qui gèrent le contrôle d'origine du bois. Ils nous accueillent sans problème, on a même le droit à la douche!! Nous discutons beaucoup avec Neman sur la déforestation et les moyens de contrôles qu'ils ont.

Nieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du vélo

Enfin le grand jour est là, on laisse les légères collines et on grimpe sur le Brownsberg, du dénivelé sur de la piste, c'est bon pour les mollets! Le truc, c'est que sous la chaleur humide, on transpire comme des boeufs. Autant vous dire qu'on est trempé, surtout après les pentes à 15%. Mais ça valait la peine, nous prenons beaucoup de plaisir à randonner dans le parc, découvrir différentes cascades. Tétéf a même le droit à une machette pour jouer les durs! Mais on a braqué personne...

On commence à se familiariser avec l'univers de la forêt et finalement, on s'en fait tout un fantasme, mais c'est pas si inquiétant que ça. Bon là les sentiers sont très bien marqués, difficile de se perdre. Le gros problème du Parc, c'est qu'une zone énorme a été détruite aux profits des orpailleurs. On entend le bruit des machines, donc on y voit pas beaucoup d'animaux... Mais quelques surprises tout de même.

Souvent lors du voyage, nos efforts pour grimper on été récompensés par de belles vues. Ici on a pu apprécier le point de vue sur le lac artificiel, lieu idéal pour camper!

Nieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du vélo
Nieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du véloNieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du véloNieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du vélo
Nieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du véloNieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du vélo
Nieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du véloNieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du vélo

Nous faisons demi-tour pour retourner vers la capitale. On repasse une nuit au bord de l'eau pour se rafraîchir et se baigner. Le lendemain en cours de route après une pause boisson, le mec de la boutique nous offre des bananes et ses légumes qu'on souhaitaient pourtant acheter.

Nieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du vélo

"Bonjour, bonjour!!"

Après une dernière soirée arrosée d'un sauvignon trop vieux (on ne sait plus choisir le vin non plus...), on quitte Matthijs et Paramaribo. Cette fois, c'est la dernière ligne droite avant notre dernière destination: la Guyane Française, la France! La France, ici en Amérique du Sud. Ce "petit" bout de territoire, ce lieu qu'on évoquait comme notre but.

Il est clair qu'on est dans un état bizarre, ce dernier territoire signifie la fin du voyage, le retour. D'ailleurs les choses se sont concrétisées lors de ces dernières semaines puisque nous avons pris nos billets d'avion pour rentrer. Déjà sur le bord des routes on entend des enfants nous dire en français: "Bonjour, bonjour!", "ça va?", "Vous allez où?". Bizarre aussi pour les personnes de comprendre que ne venons pas de Guyane, même si on est Français, et surtout qu'on n'y a jamais mis les pieds!!

Sur la route, on croise encore quelques villages, notamment de Noirs Marrons, descendants d'esclaves qui se sont échappés des plantations. A Moengo on espérait passer la nuit dans un hôtel. Mais grosse déception, soit on nous a proposé un prix excessif, soit les hôtels étaient fermés. On aurait pu même louer une maison pour une nuit. Finalement on va chez les collègues de Neman, le contrôleur du bois. Ils nous accueillent sans problèmes. ça ne valait pas la peine de tourner pendant deux heures dans la ville pour trouver un toit...

Nieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du vélo

Enfin encore une matinée de vélo pour arriver à Albina dernière "ville" étrangère du voyage. Au bord du fleuve Maroni, nous voici donc face à la France. On prend le bac, avec la pluie pour célébrer notre arrivée dans notre pays. Passage de la douane et le portail s'ouvre sur le dernier territoire à explorer avant le retour. Saint Laurent du Maroni, nous voilà!

Nieuw Nickerie - Saint Laurent du Maroni - 862 km - L'autre pays du vélo

Il faut rouler à droite, parler français, manger de la baguette, du fromage, dire "bonjour", "merci"! En plus les gens comprennent!! Drôle de sensation après 2 ans où l'on parlait d'autres langues et certains repères étaient si différents. Pour tout vous dire, Tetef est persuadé que les billets d'euros qu'on a changé au Suriname sont faux: "Je te jure ils étaient pas comme ça à l'époque!!!". Croisons les doigts, on en a déjà écoulé 2...

Nous avons un mois pour découvrir la Guyane et ses nombreuses richesses.

Pour découvrir l'intégralité de nos photos, cliquez sur l'album suivant:

Repost 0

Stats

Nous sommes rentrés!

Daisypath Vacation tickers

Kilometrage Localisation
Au 04/09/2014 Au 04/09/2014
30 431km Cayenne

Où sommes-nous?

Nous contacter

   enveloppe

Catégories

Traduce / Translate