Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 février 2014 4 20 /02 /février /2014 23:43

Comme le veut dorénavant la tradition du blog, il est temps de faire le bilan de l'Equateur. Mais avant ça, que savions-nous avant de débarquer dans ce pays? Tout d'abord que l'Equateur est un producteur de bananes, de boîtes de thon. Que son président voulait donner l'asile à Snowden (mais ne l'a finalement pas fait, il avait déjà Assange dans son ambassade à Londres...). Qu'enfin bizarrement la monnaie est le dollar. Voilà, pas grand chose en fait, mais encore une fois le voyage est fait pour découvrir.

Bilan Equateur, Chévere!Bilan Equateur, Chévere!

Nous sommes restés un peu moins de deux mois dans ce "petit" pays. Mais nous avons tout de même eu le temps de voir toute la richesse de ses paysages: Galapagos, côte Pacifique, les Andes et l'Amazonie. Rien que ça!

Parcours

Il faut dire et rappeler que cette partie du voyage a été bouleversée par la venue de Fanny et Caro. On a donc changé notre manière de voyager, histoire de partager des moments magiques avec les filles. Les vélos sont restés au chaud et dans l humidite à Guayaquil pendant trois semaines. Un record depuis le départ de Rio!

Pendant ces trois semaines, nous avons parcouru plus de 1490 km en bus, sans compter l'avion et les bateaux pour visiter l'archipel des Galapagos.

Le reste du temps nous étions en vélo. Principalement sur la côte Pacifique où nous avons pédalé pendant 1423 km.

Nos trajets sur la carte:

En jaune : le parcours en vélo; en gris : le parcours avec les filles.

En jaune : le parcours en vélo; en gris : le parcours avec les filles.

Patrimoine et architecture

Entre les vestiges Incas, les sites archéologiques, les villes coloniales, nous avons pu apprécier toute la mesure de ses patrimoines.

 

Voici un petit aperçu de la diversité du pays:

Bilan Equateur, Chévere!Bilan Equateur, Chévere!Bilan Equateur, Chévere!
Bilan Equateur, Chévere!Bilan Equateur, Chévere!
Bilan Equateur, Chévere!Bilan Equateur, Chévere!
Bilan Equateur, Chévere!Bilan Equateur, Chévere!Bilan Equateur, Chévere!

Enfin au patrimoine immatériel, on retiendra la danse de la chicha. Y'a pas à dire, on voyage pour partager ça (ne me remerciez pas les filles):

Nature et découvertes

Il est clair qu'on gardera en mémoire la beauté des paysages de l'Equateur, sa faune incroyable et tous ses arbres et plantes. Bien entendu, notre passage sur l'Archipel des Galapagos restera un moment unique dans nos vies. Là-bas, un pas dehors et hop un iguane, une tortue géante, un lion de mer, etc. Oiseaux, mamifères, reptiles, insectes, poissons, oui on a vu et parfois touché pas mal de bestioles. Même si on n'est pas resté longtemps en Amazonie on a pu apprécier la diversité de la forêt et des plantes. Y'en a même qui ont eu le droit à un costume!

Bilan Equateur, Chévere!
Bilan Equateur, Chévere!
Bilan Equateur, Chévere!
Bilan Equateur, Chévere!
Bilan Equateur, Chévere!
Bilan Equateur, Chévere!
Bilan Equateur, Chévere!
Bilan Equateur, Chévere!
Bilan Equateur, Chévere!
Bilan Equateur, Chévere!
Bilan Equateur, Chévere!
Bilan Equateur, Chévere!
Bilan Equateur, Chévere!
Bilan Equateur, Chévere!
Bilan Equateur, Chévere!

Un special Tortues and Co en videos:

Quant aux paysages, en deux mois nous avons pu admirer l'archipel des Galapagos et ses eaux turquoises, le vert de l'Amazonie, la cîme du volcan Cotopaxi, la magnifique Laguna de Quilotoa, la côte sauvage et les mangroves!

Bilan Equateur, Chévere!Bilan Equateur, Chévere!Bilan Equateur, Chévere!
Bilan Equateur, Chévere!Bilan Equateur, Chévere!
Bilan Equateur, Chévere!Bilan Equateur, Chévere!

Gastronomie?

Ah se remplir l'estomac! Ici aussi on s'est fait plaisir. Encore plus même, car période des fêtes oblige, on a eu le droit à quelques extras. Bon pour Noël, on a fait avec ce qu'on pouvait trouver dans une petite ville, c'est à dire peu de trucs originaux. Mais notre poulet à la bière était pas mal! En revanche pour le réveillon on a eu le droit au foie gras et au champagne! Merci les filles. Enfin un bon repas pour l anniversaire de Tetef.

Sinon au quotidien la cuisine équatorienne n'est pas vraiment exceptionelle, sans aucune inventivité. Du poulet et du riz, du boeuf et du riz ou du porc et du... riz, sans oublie la soupe. Ça c'est la cuisine de base. Après selon le prix et la région, on peut trouver d'excellents poissons et fruits de mer, notamment au lait de coco. Bien entendu la banane est un produit phare, on raffole des patacones, rondelles de bananes frites. Enfin les fruits, il n'y a que ça de vrai! Mangues, avocats (sisi c'est un fruit), papaye, Maracuya (fruit de la passion), pepino, melon et les multiples variétés de bananes! On a testé le "batido", jus de fruits glacé au fromage frais. Quant au cacao, on a même eu le droit d'en fabriquer et d'en goûter en Amazonie!

Bilan Equateur, Chévere!
Bilan Equateur, Chévere!
Bilan Equateur, Chévere!
Bilan Equateur, Chévere!
Bilan Equateur, Chévere!
Bilan Equateur, Chévere!
Bilan Equateur, Chévere!
Bilan Equateur, Chévere!
Bilan Equateur, Chévere!
Bilan Equateur, Chévere!
Bilan Equateur, Chévere!
Bilan Equateur, Chévere!
Bilan Equateur, Chévere!
Bilan Equateur, Chévere!
Bilan Equateur, Chévere!

Enfin une petite video des bebes tortues devoreuses de salade:

Hébergements

Accompagnés des filles, nous avons passé toutes nos nuits à l'hôtel. C'était ce qu'il y avait de plus simple. Elles ont pu découvrir les différents standards entre l'hôtel bas de gamme et l'hôtel plus classe. Mais non, nous n'aurons pas dormi non plus dans un palace, quoique la dernière nuit à Quito on a tout de même eu un appart avec kitchenette! Bref il y a de tout et pour tous les prix. Généralement ça tournait entre 10 et 20$ à deux. Comme au Pérou la TV semble l'essentiel, pourtant le ventilo ou la clim étaient de bons éléments dans nos choix, sans oublier la moustiquaire. En tout nous avons été 29 nuits à l'hôtel. Nous avons passé une demie nuit dans le bus pour rentrer à Guayaquil et nous avons terminé cette nuit là sur les bancs de l'aéroport!

En hébergement chez l'habitant (5 nuits), par le biais de Warmshowers, nous avons partagé d'excellents moments chez Mauricio puis chez Edison, où nous avons pu approfondir nos connaisances sur le pays.

Comme d'habitude, nous avons bivouaqué dans différents lieux, non loin de notre route. Ce ne fut pas très facile. Entre les moustiques, la chaleur et surtout la végétation dense, nous avons passé parfois une heure voire deux à trouver un endroit pour planter la tente ou juste la moustiquaire. Mais passer la nuit face à la mer, avec de sublimes couchers de soleil, c'était magique! En tout nous avons bivouaqué 15 nuits. Enfin une seule fois nous avons demandé l'aurorisation pour planter la tente chez des gens et la nuit de Noël nous étions dans un Parc National sur une "aire de

Camping", en bordure d'autoroute!

Bilan Equateur, Chévere!Bilan Equateur, Chévere!Bilan Equateur, Chévere!

Les Equatoriens et la Politique

Bilan Equateur, Chévere!

Ah la vie avec les Equatoriens! Ils sont sympas, discutent facilement et cherchent à savoir où l'on va et d'où l'on vient. Mais nos conversations au bord des routes étaient souvent les mêmes. Malheureusement ce n'était pas très approfondi. Heureusement ce ne fut pas le cas lorsqu'on a pris le temps d'échanger. Mais de manière générale on a tout de même remarqué que certaines personnes étaient peu respecteuses. Surtout ne leur demander pas d'attendre leur tour ou de faire la queue!

Enfin ici, il faut faire du bruit. Mettre la musique à fond, ou la tv dans le resto! Alors en plus comme on était là-bas pendant les élections, c'était terrible. On s'est cru de retour au Brésil. Sauf qu'ici il y a un parti omniprésent et tout est à son image: le parti 35 du Président Correa. De couleur vert pomme, on a pu voir des bâtiments repeints entièrement, des drapeaux, des affiches, des pick up relookés, un chien vêtu avec le portrait du Président et même les sacs plastiques! Mais vous allez me dire c'est normal en période d'élection présidentielle! Sauf que là il ne s'agissait que des élections municipales et provinciales. Imaginez tous les prétendants PS aux Municipales en photo avec Hollande et en faisant super avec le pouce! C'est sûr nos campagnes électorales sont bien plus ennuyeuses... Sauf que chez nous il y a débat!

A la fin de notre séjour nous ne savons plus quoi penser de Correa. Il est partout en portrait, les routes sont jallonées de propagande sur le pays, le tourisme, les travaux. Certes on a bien apprécié le réseau routier entièrement refait à neuf. Mais on a aussi remarqué que de nombreuses régions n'ont pas accès à l'eau potable. C'est facile de critiquer, mais c'est avec un certain malaise que nous avons quitté le pays. De gros progrès d'un côté, ce qu'ils appellent la Révolution Citoyenne. Mais de l'autre, une parole présidentiel sacralisée, une négation des opposants et une propagande permanente. Imaginez que Correa passe 2h chaque samedi matin à parler à la radio et à la TV. Quand est-ce que Hollande fait son show?

Bref un pays qui évolue rapidement et plutôt dans le bon sens, mais où tous les pouvoirs semblent aux mains d'un seul parti...

Bilan Equateur, Chévere!

Ce qui va nous manquer

- Nos amies

- Les fruits succulents

- La diversité des paysages

- Les tortues, les iguanes et les lions de mer

- Les baignades dans le Pacifique

- Les routes toutes neuves et parfois les pistes cyclables

Ce qui ne nous manquera pas

- Les mygales, scorpions et serpents.

- Les tarifs touristiques notamment aux Galapagos.

- Les moustiques et les mouches vampires

- La chaleur

- Les bus fous et les bruits de freins

- Le tintinmare des élections

- Manger de la viande avec une cuilliere

Remerciements

Bilan Equateur, Chévere!Bilan Equateur, Chévere!
Bilan Equateur, Chévere!
Bilan Equateur, Chévere!Bilan Equateur, Chévere!

Le voyage en Equateur n'aurait pas été si génial sans la venue de Fanny et Caro. Merci mille fois les filles d'avoir franchi les airs rien que pour nous... et les merveilles de l'Equateur. Ça restera un moment à part! D'ailleurs si d'autres personnes veulent nous rejoindre, dépéchez-vous, même si on reste encore un peu de temps par ici!

Nous remercions très chaleureusement Francisco et Edgar le gardien, pour les vélos laissés à Guayaquil. Pour la troisième fois du voyage nous avons croisé Jean-Baptiste, le cyclo-caillouteur. Merci à l'agence Téorumi, pour la chaleur et les agréables moments passés en Amazonie, notamment les guides Mariana, Javier et David, ainsi qu'Abdel le Lyonnais Argentin; les trois Luis à Quito; l'Australien et son rotweiller, le guide d'Agua Blanca, Mauricio et ses projets, les profs de sport et d'anglais, Un énorme merci à Edison, Alexandra, Tomas et Nicolas, on espère vous revoir bientôt en France, Ramon pour le bout de terrain sans trop de moustiques, les deux américains qui prenaient le train et enfin Melany qui au seuil d'une grosse côte nous a donné la pêche et en plus son guide de Colombie. Et en toute fin de séjour, l'hôpital de Tulcan pour avoir confirmé que Bibou allait plutôt bien malgré les apparences...

Enfin petit betisier ;) en images :

Bilan Equateur, Chévere!
Bilan Equateur, Chévere!
Bilan Equateur, Chévere!
Bilan Equateur, Chévere!
Bilan Equateur, Chévere!
Bilan Equateur, Chévere!
Bilan Equateur, Chévere!
Bilan Equateur, Chévere!
Bilan Equateur, Chévere!
Bilan Equateur, Chévere!
Bilan Equateur, Chévere!
Bilan Equateur, Chévere!
Bilan Equateur, Chévere!
Bilan Equateur, Chévere!
Bilan Equateur, Chévere!
Bilan Equateur, Chévere!
Bilan Equateur, Chévere!
Bilan Equateur, Chévere!
Bilan Equateur, Chévere!
Bilan Equateur, Chévere!
Bilan Equateur, Chévere!
Bilan Equateur, Chévere!
Bilan Equateur, Chévere!

Retrouvez toutes nos videos au lien suivant:

Repost 0
Published by Roues Libres - dans Récit de voyage Ecuador
commenter cet article
9 février 2014 7 09 /02 /février /2014 23:21

Nous pensions remonter rapidement le long de la côte, mais nous avions de nouveau sous-estimés les richesses de l'Equateur. Nous avons finalement pris le temps de découvrir d'autres facettes de ce pays!

On repart!
Après nos 3 semaines de "vacances" avec Fanny et Caro, nous repartons de Guayaquil en vélo. Il nous faut peu de temps pour retrouver notre rythme et nos habitudes. Le temps est maussade, voire pluvieux. On sait que la saison des pluies a commencé ici, on n'espère juste qu'on passera un peu entre les goutes...

Guayaquil - Tulcan - 1110 km - Un peu plus d'Equateur

La côte!
Nous voilà de nouveau face au Pacifique. Les villages touristiques alternent avec des zones sauvages quasi désertiques, des forêts, des zones cultivées (principalement de l'élevage de crevettes) et bien sûr des plages.

Guayaquil - Tulcan - 1110 km - Un peu plus d'Equateur
Guayaquil - Tulcan - 1110 km - Un peu plus d'EquateurGuayaquil - Tulcan - 1110 km - Un peu plus d'Equateur

Le soir, on cherche le bivouac parfait, pas toujours facile d'accès, et quelques fois, on y arrive : plage rien que pour nous, coline surplombant la mer, les falaises et le village au-dessous, sous un toit les nuits de pluie ou tout simplement sous les cocotiers :

Guayaquil - Tulcan - 1110 km - Un peu plus d'Equateur

Le temps est finalement plutôt clément, et nous avons droit le soir à de magnifiques couchers de soleil sur le Pacifique:

Guayaquil - Tulcan - 1110 km - Un peu plus d'Equateur

Après avoir visité la ligne de l'"équateur" près de Quito, on la retraverse de nouveau, à vélo et sur la côte cette fois. Pas de panneau, pas de grand monument grandiloquent. On sait qu'on passe enfin dans l'hémisphère Nord. En revanche, qui dit équateur au niveau de la mer, dit climat tropical étouffant. En journée, il fait très chaud, alors dès qu'on peut, on se baigne pour se rafraîchir. La nuit, il fait aussi très chaud, alors quand c'est possible et que le temps n'est pas trop menaçant, on installe juste la moustiquaire pour dormir à la fraîche!

Guayaquil - Tulcan - 1110 km - Un peu plus d'Equateur

Enfin, nous continuons à découvrir la faune du pays. Sur une plage, d'étranges banderoles (type scènes de crime!!) entourent un grillage. Un petit panneau explique qu'ici une tortue a pondu ses oeufs en décembre dernier et qu'il est nécessaire de les protéger de tout (enfants qui creusent, chiens qui jouent, voitures déambulant sur la plage...). On croise aussi une mini tortue de terre au bord de la route, un scorpion qui a élu domicile sur le vélo de Bibou pendant la nuit, des lucioles, des dauphins et des crabes transportant des milliers d'oeufs (c'est aussi leur période de reproduction):

Guayaquil - Tulcan - 1110 km - Un peu plus d'Equateur
Guayaquil - Tulcan - 1110 km - Un peu plus d'Equateur
Guayaquil - Tulcan - 1110 km - Un peu plus d'Equateur
Guayaquil - Tulcan - 1110 km - Un peu plus d'Equateur

A l'extrême nord de l'Equateur, nous nous arrêtons à La Tola, à l'entrée d'une zone protégée de mangroves. Malgré nos efforts, nous n'arriverons pas à visiter le site archéologique et les profondeurs de la mangrove. En revanche, nous passons 2 jours d'un bout à l'autre, d'île en ports, à profiter des paysages et de la vie un peu à l'écart du reste du monde.

Guayaquil - Tulcan - 1110 km - Un peu plus d'Equateur

Ca monte et ça descend...
On espérait secrètement que la côte serait un terrain plat, sans montée, juste pour profiter de la mer... Il y a certes quelques zones de plat, mais aussi des falaises à contourner. Le pire reste quand même les zones de plat privatisées : élevages de crevettes ou résidences luxueuses face à la mer. On doit alors se taper un détour qui ne fait pas plaisir du tout...

Guayaquil - Tulcan - 1110 km - Un peu plus d'Equateur

Ajoutez à cela des températures supérieures à 30°C et une humidité importante, et on se transforme vite en eau dans les montées...

Heureusement, parfois, on arrive à éviter quelques détours. On se retrouve alors sur des bateaux pour traverser une baie ou une zone de mangroves où il n'y a pas de routes. Avec un peu d'appréhension, on charge nos vélos et tous les bagages sur le bateau et finalement on découvre encore une autre facette de l'Equateur!

Autour d'un repas...
Par 2 fois, nous sommes hébergés chez des Equatoriens : Mauricio à San Vincente et Edison et Alexandra à Esmeraldas. Une bonne occasion de discuter de notre voyage, mais surtout de ce pays, de sa politique, de ses progrès, de son économie... Nous sommes accueillis comme chez nous, on en profite pour se reposer et partager un repas, simple ou élaboré. On ouvrira d'ailleurs notre 2ème boîte de foie gras que les filles nous ont raportée avec Edison et Alexandra.

Guayaquil - Tulcan - 1110 km - Un peu plus d'EquateurGuayaquil - Tulcan - 1110 km - Un peu plus d'Equateur

Côté discussions, les sujets politiques sont à la mode : c'est en ce moment la campagne pour les élections locales (maires, conseillers et préfet)!

Ce pays est en pleine transformation, de nouvelles routes sont construites, le tourisme est mis en avant, mais il reste encore beaucoup à faire. La plupart des productions principales sont exportées brutes parce qu'il n'y a pas d'industrie de transformation : cacao, café, bananes, crevettes... C'est même un paradoxe : le cacao d'Equateur est très réputé, et pourtant il est quasiment impossible de trouver du chocolat en tablette ici, juste pour grignoter, ou alors à des prix extravagants.

Au niveau politique, il y a comme un malaise. Le président Rafael Correa semble avoir lancé de nombreux chantiers pour améliorer la vie des Equatoriens et tourner le pays vers le développement. Mais dans le même temps, un climat populiste règne et ces jours-ci un caricaturiste a dû modifier une caricature parce que le président la considérait comme une infamie! Une modification de la constitution va d'ailleurs peut-être lui permettre de se représenter une nouvelle fois...

D'autres moments importants
Citons tout d'abord l'anniversaire de Tetef! Oui, déjà 32 ans. Comme nous étions dans la grande ville d'Esmeraldas, on a pu se cuisiner un repas de fête : porc à l'aigre douce, fromage, far breton, vin (en brique, du Chili...) et chocolats (importés d'Argentine...)!

Guayaquil - Tulcan - 1110 km - Un peu plus d'Equateur

Enfin, notons aussi le 22 000ème km, fait près de la côte, avec la jungle en toile de fond.

Guayaquil - Tulcan - 1110 km - Un peu plus d'Equateur

On remonte!
Ca y est, nous avons longé toute la côte équatorienne. Mais notre périple dans ce pays n'est pas fini! Nous remontons vers les Andes, le long de la frontière colombienne. La première partie est assez éprouvante : en plus de la chaleur, ça monte beaucoup, puis ça redescend avant de remonter très fort. Le dénivelé nous use. Mais tout se fait et on repasse en quelques jours au-dessus des 1000m. De manière spectaculaire, mais prévisible, on change radicalement de paysage : après l'humidité et la jungle, on arrive dans des montagnes avec peu de végétation, voire carrément sèches. Le climat est plus agréable même si le dénivelé ne nous fait pas avancer plus vite...

Guayaquil - Tulcan - 1110 km - Un peu plus d'Equateur

Au coeur des Andes, on retrouve la panaméricaine. Et il ne nous faut qu'une demi-journée pour croiser Mélanie, notre première cyclotouriste depuis longtemps. Canadienne, elle arrive de Colombie et a traversé ce pays toute seule, sans encombres. On échange beaucoup d'infos et, comble de chance pour nous, elle nous offre son guide de Colombie!

Guayaquil - Tulcan - 1110 km - Un peu plus d'Equateur

La remontée continue : 2000m, puis 3000m, vraiment à la vitesse de l'escargot. Nos jambes n'étaient plus habitués à autant d'effort et l'air se fait plus léger. On a ressorti nos polaires, les températures redescendent en dessous de 20°C...

Nous voilà au bout de l'Equateur, à Tulcan. Cette ville frontiere est finalement agreable pour une petite pause. On se laisse meme surprendre par le magnifique cimetiere, avec ses cipres sculptes!

Guayaquil - Tulcan - 1110 km - Un peu plus d'Equateur
Guayaquil - Tulcan - 1110 km - Un peu plus d'Equateur
Guayaquil - Tulcan - 1110 km - Un peu plus d'Equateur

De l'autre côté commence la Colombie. Nous avons tous nos a prioris sur ce pays, et après avoir discutés avec tous les autres cyclistes qui l'ont traversée, nous n'avons qu'une hâte : traverser la Colombie et casser tous ces clichés!

L'album photo complet est disponible au lien suivant :

Repost 0
Published by Roues Libres - dans Récit de voyage Ecuador
commenter cet article
20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 20:10

Des sourires, des regards et des larmes aux yeux. C'est déjà le temps des adieux. Nous avons passé trois semaines extraordinaires avec Fanny et Caro. Trois semaines d'échanges, de partages et de découvertes des facettes de l'Equateur. Cette parenthèse enchantée se referme et nous garderons tous les quatre des souvenirs magnifiques. Mais comme on n'est pas égoïstes, on va vous restituer les principaux moments de ces trois semaines.

Se retrouver

Noël en Equateur, ça dure plus longtemps qu'en France. Surtout quand après plus d'un an de voyage on va chercher à l'aéroport Caro et Fanny. Un super cadeau de retouver des amies après ces mois passés en Amérique du Sud. En plus elles ont les sacs à dos bien remplis! On reçoit des cadeaux de nos familles et d'amis: nouveau matelas pour Tetef, vêtements, nouveau drapeau tricolore pour Bibou, chocolats, bonbons! Trop bon!

 

Trois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcans

Nous passons nos premiers jours à Guayaquil, en soit la ville n'est pas exceptionnelle, mais le simple fait d'arpenter les rues avec des proches ça change tout. Surtout de voir les têtes de Fanny et Caro découvrant leur premiers iguanes sur la place principale. Ça pulule et ça digère ces bestioles. Y'en a plus d'une cinquantaine avachis sur les branches et arrosant de temps en temps les touristes non vigilant! Mais nous y avons échappé!

Trois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcansTrois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcansTrois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcans

Les îles enchantées

Premier moment fort du voyage, les Galapagos! Nous y consacrons plusieurs jours et c'est l'occasion de découvrir des paysages et surtout des animaux incroyables.
Dès la sortie de l'avion on découvre les eaux turquoises et les rochers noirs héritiers de l'activité volcanique. Bon on s'agace aussi lorsqu'on apprend que le bus qui doit nous amener à Puerto Ayora est déjà parti! Euh quand on vous dit les filles qu'ici l'organisation laisse vraiment à désirer! Mais enfin on débarque au port et on aperçoit nos premières bestioles.

Trois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcansTrois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcansTrois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcans
Trois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcansTrois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcansTrois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcans
Trois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcansTrois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcansTrois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcans

Bonne année!

Quoi de mieux pour passer le réveillon que ce cadre incroyable? Tout simplement le fait d'être entre amis. Puis rappeler à nos papilles des saveurs disparues depuis des mois: champagne et foie gras! Merci les filles! On a donc réveillonné sur un ponton, au bord du Pacifique, à côté d'Albert? Le pelican. A minuit la ville s'embrase, feu d'artifice et on brûle les "vieux" pour symboliser le passage à la nouvelle année. Alors non cher lecteur on ne grille pas pépé et mémé, mais simplement des personnages en papier maché.

Trois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcans
Trois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcans
Trois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcans
Trois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcans
Trois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcans

Découverte de l'archipel

Nous alternons visite des îles, baignades, snorkling, rando et observation de la faune. Bien sûr ces bêtes étranges nous fascinent, chacune à sa manière. L'iguane marin qui glande comme un ado ou qui nage comme un pro. Le lion de mer qui larve sur la plage mais qui joue dans l'eau. Les tortues géantes que nous découvrons sur chaque île mais surtout lors d'une rando formidable en forêt. Les pélicans kamikazes, les flamants roses fluos, les frégates, les fous à pattes bleu, autant d'oiseaux fascinants. Bref, faire un pas sur les îles c'est être sur une autre planète! Autant vous dire qu'on y serait bien resté plus longtemps!

Trois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcans
Trois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcansTrois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcansTrois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcans
Trois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcansTrois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcans
Trois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcansTrois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcansTrois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcans

Là-haut sur la montagne

Adieu la mer turquoise, les tortues, les crabes, les lions de mers et les iguanes. Même si l'avion a eu du retard, il a bien fallu partir. Retour sur le continent et changement de cap direction: les Andes. Première étape, la belle ville coloniale de Cuenca. Visites, marché, petits restos, églises et Panama! Oui oui le chapeau vient d'Equateur et non du Panama! On profite du marché pour faire découvrir des fruits aux filles. Ici c'est les manges juteuses, des pepinos au goût du melon et aussi des avocats succulents.

Trois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcansTrois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcans
Trois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcans
Trois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcansTrois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcansTrois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcans
Trois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcans

Puis, sous la pluie, nous visitons le site Incas de Ingapirca, histoire d'avoir un peu froid et d'en savoir plus sur leur présence jusqu'en Equateur. C'est pas le Machu Picchu, mais notre guide nous donne d'excellentes explications.

Après plusieurs heures de bus, nous débarquons à Baños. Comme son nom l'indique c'est une ville thermale. Elle se trouve dans un bel écrin, entourée de colines verdoyantes et d'un volcan qui fournit les sources chaudes. Ni une ni deux on enfile nos charlottes et on barbotte dans la pisine bouillante. Là-bas on recroise pour la troisième fois du voyage, mais sans son vélo, Jean-Baptiste, futur meilleur pâtissier de la ville!

Trois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcansTrois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcansTrois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcans

L'Amazonie

Encore une destination incroyable! Après avoir franchi les Andes on redescend vers la forêt. On fait appel à une agence pour découvrir cet environnement magnifique, pendant 2 jours. Au programme: bateau, marche en forêt, découverte de la communauté Quichua, découverte de nuit des bébettes, plantation de manioc, récoltes de fruits et de plantes, artisanat, orpaillage, danse, fabrication de chocolat hummm etc... De beaux moments grâce à la gentillesse des gens et sans la présence de moustiques.

Trois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcans
Trois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcans
Trois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcans
Trois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcans
Trois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcans
Trois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcans
Trois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcans
Trois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcans
Trois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcans
Trois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcans
Trois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcans
Trois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcans

Quito

Voici la première capitale que nous arpentons sans nos vélos. La ville est plaisante. De beaux monuments et un coeur historique bien mis en valeur. On se plaît à y flâner et decouvrir ses recoins.

Trois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcans
Trois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcansTrois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcansTrois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcans
Trois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcansTrois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcans

Volcans

Pour compléter le périple, on ne pouvait pas échapper aux volcans. Il y en a 75 juste en Equateur... Encore une fois, on part pendant 2 jours avec une agence pour monter sur le Cotopaxi et voir le cratère de Quilotoa. Faire une rando à 4800 mètres d'altitude, c'est pas si simple d'autant plus qu'il y a beaucoup de vent et il pleut un peu. Mais l'effort en vaut la peine, lorsque ça se dégage la vue est incroyable, entre les glaciers et la plaine.

En fin de journée nous arrivons à Quilotoa. C'est un cratère formé par un volcan endormi. En fonction des heures l'eau change de couleur. On le découvre au coucher du soleil. Après une courte nuit, Bibou, Caro et Fanny vont assister au lever du soleil. Tetef lui reste au chaud au lit! Ensuite nous descendons ensemble dans le cratère pour apprécier d'avantage sa beauté.

Trois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcans
Trois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcans
Trois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcans
Trois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcans
Trois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcans
Trois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcans
Trois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcans
Trois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcans
Trois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcans
Trois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcans
Trois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcans
Trois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcans

Derniers moments

Trois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcans

Nous rentrons à Quito tous endormis dans la voiture. Nous passons notre dernière soirée dans un excellent restaurant. Autour de bons plats, sans riz et poulet, nous nous remémorons notre périple. Oui ces 3 semaines sont passées vites, mais que de dépaysement et de bons moments!
Le lendemain nous accompagnons Fanny et Caro à l'aéroport et nous nous donnons rendez-vous en France dans quelques mois.

Merci beaucoup les filles d'être venues découvrir les trésors de l'Equateur avec vos deux cyclos préférés. Revenez quand vous voulez, il reste encore de belles destinations à découvrir ici!

Trois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcans

Un peu débousolé, on se retrouve à deux. C'est étrange comme sensation, mais c'était prévu. Nous consacrons notre dernière journée à la visite de l'équateur, non pas le pays mais la ligne qui sépare les deux hémisphères. C'est un lieu un peu parc d'attraction, mais on apprend pleins de trucs sur les Français qui au XVIIIe siècle sont venu ici pour déterminer le lieu exact de cette ligne imaginaire. On peut y faire quelques petites expériences. Bibou a réussi a faire tenir un oeuf sur un clou!

Trois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcans

Reprendre la route

Nous prenons un bus de nuit pour rentrer à Guayaquil. Mais cette fois sans film avec Jean Claude Vandamme! Bon on débarque, sans avoir vraiment dormi à 4h du mat'. Comme on est à côté de l'aéroport, on va y finir la nuit sur les bancs. C'était aussi un moyen pour voir si les filles étaient vraiment parties!
Nous retrouvons nos vélos. C'est donc reparti pour le voyage en vélo. Direction la côte, puis la Colombie.

Trois semaines entre amis: Galapagos, Andes, Amazonie et volcans

Pour voir les differents albums, cliquez sur les liens:

Repost 0
Published by Roues Libres - dans Récit de voyage Ecuador
commenter cet article
26 décembre 2013 4 26 /12 /décembre /2013 19:33

Notre arrivée à Chavin en bus avait été mouvementée. On avait installé notre bivouac quasiment dans la ville, à 3 heures du matin...

Après quelques heures de sommeil, on se réveille avec pas mal d'activité autour de nous : les enfants vont à l'école, les parents vont travailler, les vieux s'assoient sur le petit muret près de la tente. On fait sensation!

Si on ne s'est pas vraiment éloigné, c'est qu'on souhaite visiter le site archéologique de Chavin de Huantar, dont la civilisation a commencé il y a près de 3000 ans. L'apogée a eu lieu entre 800 avant JC et 200 avant JC soit près de 2000 ans avant les Incas!

On distingue parmi les ruines les murs du temple, mais ce qui retient l'attention, ce sont surtout les galeries creusées sous le temple, dont l'une mène à une sculpture représentant le dieu de cette civilisation. Incroyable!

Chavin (Pérou) - Guayaquil (Equateur) - 1116 km - On a tout essayé!

Tout autour du temple étaient disposées des têtes sculptées, dont la plupart sont actuellement conservées dans le musée du site.

Chavin (Pérou) - Guayaquil (Equateur) - 1116 km - On a tout essayé!

Il s'agit d'une civilisation qui ne connaissait pas l'écriture. L'histoire et les croyances ont été déduites en particulier sur les poteries retrouvées sur place.

Après cette remontée dans le temps, nous reprenons la route. Nous souhaitons traverser la Cordillière Blanche à vélo, qui, comme son nom l'indique, est couverte de neige et de glaciers. Il paraît que les paysages sont à couper le souffle! Nous sommes déjà à 3100m, mais nous commençons par descendre sur de l'asphalte. Le temps est de plus en plus incertain. Dans la côte qui mène au col, la route se transforme en piste et il commence à bien pleuvoir. Heureusement, la piste tient le coup et ne se transforme pas en boue... Là-haut, à 4300m, le soleil apparaît enfin et nous laisse découvrir le lac et les montagnes autour : ce sera notre bivouac pour la nuit.

Chavin (Pérou) - Guayaquil (Equateur) - 1116 km - On a tout essayé!

Le lendemain, après une petite pause dans un village pour tout faire sécher au soleil, nous retrouvons l'asphalte!

Chavin (Pérou) - Guayaquil (Equateur) - 1116 km - On a tout essayé!

Mais l'accalmie est de courte durée. Alors que nous entamons le deuxième col, la brume, la pluie et le vent de face se cumulent. On ne voit rien du paysage, en fin d'après-midi nous sommes complètement trempés et frigorifiés. C'est une journée très difficile.

Chavin (Pérou) - Guayaquil (Equateur) - 1116 km - On a tout essayé!

Le lendemain, nous arrivons au sommet, toujours dans la brume, mais avec une nouveauté cette fois : la neige! Oui, à 4700m, il fait vraiment froid. Ce qui est rageant en plus, c'est qu'on n'aperçoit toujours pas les paysages et qu'on est monté en aveugle depuis le début de cette côte. Après avoir traversé le tunnel qui passe sous le col, nous avons quand même une bonne surprise : il ne neige presque plus de ce côté-là et il semble faire plus clair.

Puis dans la descente, c'est la surprise. Alors qu'on ne les attendait plus, les éclaircies arrivent, dégageant un peu le paysage autour et laissant apercevoir quelques glaciers! On aperçoit peut être le Huascaran, le sommet le plus haut du pays.

Chavin (Pérou) - Guayaquil (Equateur) - 1116 km - On a tout essayé!

On en profite pour déjeuner au soleil, faire sécher toutes nos affaires et notre moral remonte en flèche!!

Chavin (Pérou) - Guayaquil (Equateur) - 1116 km - On a tout essayé!

Nous descendons plus de 2000m de dénivelé l'après-midi jusque dans la vallée, refaisons le plein de nourriture dans la grande ville. Mais décidément, la météo nous poursuit (bon, ok, c'est la saison des pluies qui a commencé dans les montagnes péruviennes...) : nous repartons sous une forte pluie et commençons à être trempés... Cette fois, la chance nous sourit : nous trouvons un abri en tôle pour la nuit!

Chavin (Pérou) - Guayaquil (Equateur) - 1116 km - On a tout essayé!

Le lendemain, c'est sûr, nous voyons enfin le Huascaran, sommet le plus du Perou, a 6768m. Ca ne servait à rien de monter à 4700m puisqu'on le voit depuis la vallée à 2500m... Mais on aime le sport!

Chavin (Pérou) - Guayaquil (Equateur) - 1116 km - On a tout essayé!

Dans la vallée, nous avons changé d'ambiance. Les terres sont fertiles, il fait chaud, il y a de nouveau beaucoup de circulation. Ca change de notre solitude lors de la traversée de la Cordillière Blanche. Mais après la dernière ville, le trafic disparaît, l'asphalte aussi et nous nous enfonçons dans le Cañon del Pato, dont la route longe le cours d'eau, grâce à 35 tunnels!

Chavin (Pérou) - Guayaquil (Equateur) - 1116 km - On a tout essayé!

On croise quelques voitures, encore une mygale sur la route et surtout des paysages incroyables!

Le paysage se transforme. Après la vallée fertile, nous passons à des paysages désertiques. Ici, il ne pleut quasiment pas. Et dire que pendant les 2 jours précédents, nous étions dans la pluie, voire la neige, sans pouvoir faire sécher nos vêtements... Sans végétation, on distingue les montagnes autour, très colorées.

Chavin (Pérou) - Guayaquil (Equateur) - 1116 km - On a tout essayé!

Mais ce n'est pas tout à fait le désert : dès qu'un cours d'eau descend d'une montagne vers un terrain à peu près plat, il est utilisé pour l'irrigation. Au fur et à mesure de la descente, la vallée se fait plus large et tous les terrains sont occupés par les cultures. Il y a des avantages : il y a régulièrement des villages pour refaire le plein et on trouve parfois sur la route de quoi agrémenter le repas du soir.

Chavin (Pérou) - Guayaquil (Equateur) - 1116 km - On a tout essayé!

Mais il y a aussi des inconvénients : on a un vent de face terrible, la vallée est infestée de petites mouches suceuses de sang (ça gratte!!!) et il est difficile de trouver un bivouac. Alors on s'éloigne un peu de la route et on se rendra compte le lendemain matin qu'on était sur un site archéologique pas encore fouillé...

Chavin (Pérou) - Guayaquil (Equateur) - 1116 km - On a tout essayé!

On arrive sur la côte. Enfin pas tout à fait. On n'est pas très loin, mais la route ne s'en approche jamais, on ne voit quasiment pas la mer. Les paysages sont désertiques, les montagnes sont parfois recouvertes de dunes de sable. Ca perd un peu d'intérêt... Mais sur cette partie de la côte, et depuis Paracas, le vent souffle plutôt du sud. Et en fin d'après-midi, il forcit. Il nous pousse, on a l'impression parfois d'être sur une mobylette, les kilomètres défilent.

Pour midi, on demande "l'hospitalité" afin de pouvoir se reposer à l'ombre et à l'abri du vent. Nous sommes accueillis dans l'atelier d'Herbert, sorte de Bagdad Café, pour les pneus de camions! Et on est au milieu de nulle part...

Chavin (Pérou) - Guayaquil (Equateur) - 1116 km - On a tout essayé!

On remonte de cette manière jusqu'à Trujillo. Jusque chez Lucho qui tient une casa de cicilista (maison pour cyclistes). Nous ne sommes pas seuls : 2 Allemands et 1 Colombien sont présents. Mais également Jean-Baptiste, Franco-Canadien, que nous avions croisé sur la route en repartant d'Ushuaia, mi-février! Le monde est petit...

Depuis qu'on est parti de Chavin, on ne s'était pas pris une journée de repos. La pluie, la neige, le soleil, les montagnes, les glaciers, les vallées fertiles, le désert, le vent de face, puis de dos... On a déjà l'impression d'avoir fait plusieurs voyages pendant ces quelques jours!

La casa de ciclista est donc la bienvenue. Et autour de la ville, il y a en plus 2 sites majeurs. Tout d'abord, nous avons visité les Huacas de Moche ("motché"). Cette civilisation, datant de 200 à 500 après JC, a reconstruit un nouveau temple sur l'ancien, 4 fois de suite, en prenant soin de tout recouvrir sans rien abîmer, avec des sépultures richement dotées. Les Conquistadors ont été jusqu'à détourner le cours de la rivière afin de creuser plus facilement et récupérer l'or des tombes. Le pillage était presque industrialisé... Heureusement, le site est grand et tout n'a pas été totalement détruit. On retrouve aujourd'hui des fresques et des motifs colorés magnifiques sur les murs d'enceinte. Là encore, pas d'écriture. Mais les motifs et la céramique retrouvée sur place laissent penser que ce temple servait en particulier pour des sacrifices humains.

Chavin (Pérou) - Guayaquil (Equateur) - 1116 km - On a tout essayé!
Chavin (Pérou) - Guayaquil (Equateur) - 1116 km - On a tout essayé!Chavin (Pérou) - Guayaquil (Equateur) - 1116 km - On a tout essayé!Chavin (Pérou) - Guayaquil (Equateur) - 1116 km - On a tout essayé!

Enfin, un peu plus tard, une autre culture, les Chimus, ont installé la capitale de leur empire à quelques kilomètres d'ici. La ville, Chan-Chan, classée à l'UNESCO, est immense et en cours de restauration. Il y aurait 9 temples-sépulture, un pour chaque roi enterré ici avec ses concubines et sa suite... Les motifs (poissons, pélicans, loups de mer) seraient liés au culte de l'eau et de la mer.

Chavin (Pérou) - Guayaquil (Equateur) - 1116 km - On a tout essayé!
Chavin (Pérou) - Guayaquil (Equateur) - 1116 km - On a tout essayé!Chavin (Pérou) - Guayaquil (Equateur) - 1116 km - On a tout essayé!

Trujillo nous aura également permis de nous reposer, de discuter un peu avec Lucho, même s'il était toujours très pris. On aurait pu rester plus longtemps, mais encore une fois, l'Equateur nous appelle. On quitte la casa en remerciant Lucho!

Chavin (Pérou) - Guayaquil (Equateur) - 1116 km - On a tout essayé!

Jean-Baptiste, le cyclo franco-canadien/garde de choc, nous accompagne vers le nord, sur près de 50km! On le quitte en fin de journée. Il retourne sur Trujillo en bus et il est temps pour nous de trouver un bivouac.

Chavin (Pérou) - Guayaquil (Equateur) - 1116 km - On a tout essayé!

La suite n'est pas mémorable : la route est toujours très loin de l'océan, les paysages sont souvent désertiques et la bande sur le côté est en mauvais état, mais on n'a pas trop le choix vu le trafic de la panaméricaine...

Alors, dès que l'occasion se présente, on bifurque. On prend une petite route asphaltée qui mène à la côte. On nous avait dit au croisement qu'un chemin continuait ensuite en bord de mer mais il semble que ce chemin soit maintenant recouvert de sable et de dunes sur une bonne distance... on se trouve un bivouac sur la plage et on verra demain si on a le courage de pousser...

Chavin (Pérou) - Guayaquil (Equateur) - 1116 km - On a tout essayé!

Le lendemain matin, on est dans le brouillard complet. Et pendant notre petit déjeuner, on entend des motos passer pas très loin de nous. Mais pas sur le chemin ensablé. Sur la plage! Après vérification de la dureté du sol, on se lance aussi. Nous qui regrettions de ne pas longer la côte, cette fois on fait des écarts pour éviter les vagues!

Chavin (Pérou) - Guayaquil (Equateur) - 1116 km - On a tout essayé!

Finalement, c'est un peu l'autoroute ici. Comme le chemin est impraticable, les motos-tricycles et les motos passent par là. Et on croise également beaucoup de pêcheurs, avec des barques en roseaux. Sur le lac Titicaca, on continue d'en construire pour le folklore. Ici, ils les utilisent toujours pour la pêche!

Chavin (Pérou) - Guayaquil (Equateur) - 1116 km - On a tout essayé!

Nous faisons étape à Chiclayo, mais pas vraiment pour le plaisir : le trafic de cette ville de 500 000 habitants est infernal, les milliers de taxi roulent n'importe comment et klaxonnent dans tous les sens. Pour rajouter à la cacophonie, des policiers sont postés aux carrefours et utilisent en continu leur sifflet pour indiquer que le feu est vert et qu'il faut avancer ou que c'est rouge et qu'il faut s'arrêter...

Ah si on avait pu éviter cette pause, ça aurait été agréable pour nos oreilles... Mais nous avons 2 choses à faire ici.

Tout d'abord, nous prenons un combi (chouette...) pour Lambayeque à quelques kilomètres de là pour visiter le musée présentant les trésors trouvés dans une tombe d'un seigneur Moche ("motché" on vous a dit!). Les pièces sont magnifiques, on trouve des colliers en or, des parures en cuivre, des tissus, des sceptres, de la poterie... Une telle concentration de richesse est impressionnante. Et surtout, la tombe a été découverte récemment, en 1987, et a permis de mieux comprendre la culture Moche, de faire le lien avec toutes les poteries retrouvées sur les autres sites, comme aux huacas de Trujillo que nous avions visitées précédemment.

Cette dernière visite nous confirme la réelle richesse culturelle du Pérou, bien au-delà des Incas. Alors que ceux-ci n'ont régné que 100 ans (construisant tout de même un empire immense et très puissant), on a découvert les cultures précédentes (Paracas, Chavin, Nazca, Moche, Chimus et de nombreuses autres), certaines ayant commencé il y a 3000 ans, ayant duré plusieurs siècles ou ayant construit des systèmes irriguant une surface plus grande qu'on ne le fait aujourd'hui, avec des croyances et des rituels dont on trouve des traces un peu partout. Mais les connaissances sur ces cultures sont récoltées au compte-goute, en croisant les différentes recherches étant donné qu'il n'y a aucune trace écrite. Finalement, la renommée des Incas est due au fait que les Espagnols sont arrivés au moment de leur apogée. Mais leur empire s'est construit grâce à la domination ou l'assimilation d'autres cultures déjà organisées. Décidément, le Pérou nous a réservé de belles surprises!

La deuxième chose que nous avons à faire à Chiclayo : prendre un bus pour remonter quasiment jusqu'à la frontière équatorienne! C'est normalement la dernière fois que nous prenons le bus AVEC nos vélos...

Le trajet se fait sans encombres jusqu'à Tumbes, non loin de la frontière, même si on ne dort pas très bien. On enchaîne aussitôt, direction Puerto Pizarro sur la côte. Nous prenons un petit bateau et découvrons les mangroves peuplées de milliers d'oiseaux : frégates, pélicans, cormorans...

Chavin (Pérou) - Guayaquil (Equateur) - 1116 km - On a tout essayé!

Le tour se termine sur une petite île où nous profitons de la plage pour se baigner dans une eau enfin chaude et, après un repas de poissons, nous nous reposons dans les hamacs à disposition dans le restaurant!

Chavin (Pérou) - Guayaquil (Equateur) - 1116 km - On a tout essayé!

Comme toutes les bonnes choses ont une fin, nous reprenons la route. Mais avec une destination enfin à notre portée : l'Equateur! Eh oui, nous en parlions depuis plusieurs semaines, et le 22 décembre, nous traversons la frontière, au milieu d'une foule équatorienne venue profiter des prix bas péruviens. D'ailleurs, il est difficile d'avancer en vélo là-dedans...

Chavin (Pérou) - Guayaquil (Equateur) - 1116 km - On a tout essayé!

Nous commençons à prendre nos marques dans ce nouveau pays. Il y a beaucoup moins de klaxon, il fait chaud le matin, très chaud la journée, trop chaud la nuit, les conducteurs ont l'air un peu plus respectueux des cyclistes, mais on ne comprend pas tout... Comme au Chili, les gens parlent très vite, il va falloir qu'on se réhabitue!

Et déjà les fêtes de Noël approchent. Comme nous nous en doutions, nous passons le réveillon de Noël en bivouac, mais amélioré : nous sommes en fait à l'entrée d'un parc national, il y a des bancs, des tables et de l'eau à disposition. Il y a même une colonie de singes hurleurs, mais nous ne les verrons pas d'assez près pour prendre de belles photos. Seul bémol : la région est infestée de moustiques qui nous assaillent dès qu'on ose sortir de la moustiquaire...

Chavin (Pérou) - Guayaquil (Equateur) - 1116 km - On a tout essayé!

Comme tout réveillon en France, on se fait un repas exceptionnel (en tout cas par rapport à nos standards de bivouac...) : poulet à la bière, salade de fruits maison, pannetone, chocolats de noël! Et le lendemain matin, nous découvrons que le Père Noël est passé et nous a laissé 2 Kinders Surprise. Bon, les toupies volantes ne fonctionnent pas très bien, on va les mettre sur E-Bay prochainement, si vous êtes intéressés...

Chavin (Pérou) - Guayaquil (Equateur) - 1116 km - On a tout essayé!

Le 25 décembre, nous arrivons enfin à Guayaquil. Le ventilateur dans la chambre de l'hotel n'est pas de trop. Il va falloir qu'on se repose pour accueillir comme il se doit Fanny et Caro! On va silloner le pays 3 semaines ensemble, sans les vélos. De vraies vacances quoi. Et pour bien commencer l'année, on prend l'avion pour les Galapagos (moral en hausse...). Un truc de dingue. Tout simplement.

Pour ceux qui auraient encore un peu de temps après ce long récit d'étape, vous pouvez consulter l'album complet au lien suivant :

Repost 0
Published by Roues Libres - dans Récit de voyage Ecuador Peru
commenter cet article

Stats

Nous sommes rentrés!

Daisypath Vacation tickers

Kilometrage Localisation
Au 04/09/2014 Au 04/09/2014
30 431km Cayenne

Où sommes-nous?

Nous contacter

   enveloppe

Catégories

Traduce / Translate