Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mars 2013 7 03 /03 /mars /2013 18:01

Lorsque nous quittons le Parc National de la Terre de feu, il neige. Elle ne tient pas mais elle nous fait bien comprendre que nous sommes à présent sous des latitudes moins hospitalières. Lorsque nous quittons Ushuaïa en début d'après-midi, nous avons le droit à des éclaircies. Le spectacle des montagnes avec les sommets couverts de neige et ces rayons de soleil nous plaisent énormément. Surtout lorsque nous passons notre premier col, le paso Garibaldi, à 470m.
rps20130302 135522

 

On pourrait croire que les paysages sont désolés, mais entre le relief, la mer, les lacs, la forêt et les animaux, nous ne regrettons pas d'être venu ici. Très rapidement on retrouve une route sans habitation à proximité. On en profite pour célébrer notre 8 000ème kilomètre.
rps20130302 135759

 

Il y a un peu de trafic, quelques camions et quelques cars, mais souvent nous sommes seuls. Enfin pas vraiment, car sur ce trajet nous avons croisé pas moins de 24 cyclotouristes : 1 Japonais, 2 américains, 1 Franco-Canadien, des français en vélocouché, 1 autre Français avec 1 Suisse, 1 Espagnol et 2 Belges (dont Arnaud qui voyage depuis 3 ans et monte au sommet de chaque montagne de tous les pays d'Amérique...), 1 Allemand et 1 Zurichois, 1 Vénézuelien, 1 Chilien, 1 couple en tandem et 2 Vendéens, oui le monde est petit.
rps20130302 140640

 

Enfin on se rend compte que nos 5 premiers mois de vélo nous étions hors des grands itinéraires de cyclotourisme. Mais ces rencontres sont vraiment passionnantes, que l'on discute quelques minutes ou plus d'une heure sur le bord de la route. Ce sont de vrais échanges sur le voyage :  "Depuis combien de temps...? Vous venez d'où?... Nous on a aimé..." On apprend pleins de trucs et astuces pour le périple, on voit que certains sont partis d'Alaska, d'autres de Colombie, certains depuis plus d'un an ou le temps des vacances.

 

Dès le premier soir, on retrouve nos réflexes, on ouvre une barrière et on s'installe dans une clairière pour la nuit. Les jours suivants sont assez agréables, d'autant plus que le vent est plutôt en notre faveur. On passe une nuit à Rio Grande chez Gerardo que nous avions rencontré à Ushuaïa. Puis nous nous dirigeons vers la frontière, on ne la franchit pas tout de suite car apparement les Chiliens sont à cheval sur les aliments (notamment la viande ahaha), on ne peut pas rentrer dans le pays avec des produits périssables. Qu'à cela ne tienne, on dévore le soir et au petit déj nos stocks. On passe donc la frontière sans soucis, nous voilà donc au Chili, notre 5 ème pays!
rps20130302 140613

 

Depuis plusieurs jours le paysage a changé. On trouve de la végétation comme le trèfle, le pisenlit et du lupin (c'était la minute botanique...). Il n'y a plus d'arbres, ce sont de grands espaces, avec moutons, des ñandus (ou émeus) et surtout nos nouveaux amis les guanacos.
rps20130302 141156

 

La steppe est balayée par le vent. Celui-ci joue les capricieux car il nous pousse sur toute la première partie de notre trajet au Chili, c'est un comble pour les cyclo que l'on croise, car habituellement le vent vient de l'Ouest...
rps20130302 140803

 

On ne va pas s'en plaindre, surtout que depuis la frontière on roule sur des chemins en pierres. Mais les cyclos, à quelques jours de leur arrivée à Ushuaïa, font grise mine... On fait un dernier bivouac sur les hauteurs de la baie Inutile. Bibou a une théorie pour le nom : apparement les marins pensaient que c'était un détroit et comme c'est pas le cas ils l'ont appelée baie inutile (PS de Bibou : "Non, ce n'est pas une 'théorie'..."). En tout cas, le bivouac face à la baie, avec le soleil pour nous réchauffer, est unique :
rps20130302 140958

 

Voilà qu'apparait le détroit de Magellan, nous le traversons à l'aide d'un bac à Porvenir. On est même accompagné par des dauphins.
rps20130302 141434

 

Nous passons 3 jours à Punta Arenas chez les pompiers, un des tuyaux des cyclos. Comme ils sont jumelés avec la Lozère, ils accueillent tous les Français. Ça nous a fait tout drôle lorsque Ruben nous a accueilli avec son polo "Sapeurs pompiers", puis de voir le drapeau français et même le portrait de François Hollande. On a mis la tente derrière les bâtiments et on a pu profiter pour découvrir la ville.

 

Punta Arenas est une grande ville par rapport à Ushuaïa. Elle possède de très beaux édifices, monuments et musées. Sur la place principale il y a une statue de Magellan, et oui bientôt 500 ans qu'il est passé par là, c'était en 1520...
rps20130302 141628

 

Bibou profite de cette étape pour changer son pneu avant, car oui même en Terre de Feu il a eu une crevaison et l'état du pneu laissait à désirer.

 

Nous quittons la ville et ses pompiers sympas. Le vent qui s'était calmé reprend des forces et nous savons que nous allons avoir plus de difficultés les jours suivants. Mais pour profiter pleinement de la région nous décidons d'aller voir une colonie de pingouins. Ah enfin nous allons pouvoir les approcher, sans trop débourser et surtout pas besoin de prendre un bateau. Bon il nous a tout de même fallu prendre une route en terre sur 38 km. Première déconvenue : on nous apprend que la boucle que nous souhaitons prendre est maintenant privée, on devra donc faire demi tour après avoir vu les pingouins (re-38 km de piste...). Enfin au moment d'entrer pour voir les volatiles on nous dit qu'il y en a "poco". " C'est combien poco?" " Euh 25..." En effet se faire 38 km de piste pour voir 25 pingouins, c'est rageant.... La colonie compte normalement 10 000 individus, mais avec un peu d'avance, ils ont déjà migré vers d'autres horizons! Mais bon on y va quand même et c'était chouette de les voir nager et prendre le soleil.
rps20130302 142305

 

Les jours suivants nous poursuivons notre route, on croise peu de villages. Le temps est calme le matin, mais à partir du milieu de matinée, le vent se lève, venant d'Ouest (peut-être un petit 40km/h, à vérifier...). Et comme nous remontons vers le nord ouest, nous le prenons de côté ou même en face. Nous avons 3 journées difficiles avec le vent de face, on se relaie, on avance petit à petit, et en fin de journée, nous sommes épuisés.

 

Mais nous rencontrons nos nouveaux amis, les Carabiniers. Quand nous leur demandons de l'eau, ils nous en donnent volontiers et ils nous offrent même du pain maison. Il y en a qui nous laissent mettre la tente dans leur abri pour le bois. Au moins on était protégé du vent... mais pas du bruit du générateur d'électricité pour le village. Bref on a dormi au sec mais pas très bien.

 

Un après-midi on croise Martial qui s'occupe de transporter des touristes entre les hotels de Torres del Paine et l'aéroport de Punta Arenas, il s'arrête, discute et nous offre de l'eau, des fruits secs et des sandwichs que les touristes n'ont pas mangé. Quelle aubaine, car on croise pas beaucoup de boutiques sur notre chemin...
rps20130302 142439

 

L'avant dernier soir, on ne résiste pas, on croise le seul restaurant du parcours, à nous les milanaises, les frites et la bière australe. C'était bon mais la patronne n'a même pas acceptée qu'on prenne de l'eau pour nos gourdes alors qu'on a payé nos repas... Décidément, dans les lieux touristiques, on ne se sent pas toujours bien accueillis!

 

En tout cas ces 15 jours dans le sud changent un peu notre manière de voyager. Avant nous faisions de grandes pauses,pour ne pas souffrir de la chaleur. Maintenant nous pédalons pour avoir chaud et lorsqu'on s'arrête on cherche des coins à l'abris du vent et avec du soleil, parfois dans les fossés!

rps20130303 093057

 

On ne vous cache pas que la toilette est moins fréquente. Nos repas sont composés de soupes et on boit moins d'eau qu'avant. Pour dormir, nos gros duvets nous tiennent au chaud et la tente garde un peu la chaleur. Bon le réveil le matin est plus difficile. S'extraire du duvet et enfiller les vêtements froids c'est pas génial.

 

Nous arrivons à Puerto Natales en ayant traversé de beaux paysages, ce fut difficile avec le vent de face, mais la générosité et l'hospitalité des Chiliens nous a aidé.

rps20130303 093242

 

Nous comptons nous y reposer un peu avant de nous rendre dans les grands parcs nationaux : Torres del Paine, puis Los Glaciares de nouveau en Argentine...

L album complet est disponible au lien suivant :

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Bibou et Tetef 13/03/2013 22:08


Guiom C: Finalement, c'est pas forcément une blague, avec le vent et le peu d'eau qui tombe, la végétation est très sèche et il y a de forts risques d'incendie... Mais aucune alerte lorsque nous
étions chez les pompiers.


AJF: Merci pour la chanson, ça nous en fera une nouvelle à chanter sur la route. Et en fait ce ne sont pas des émeus, c'est un peu plus petit (a-t-on appris). Ils appellent ça des choike! On
mettra à jour les articles pour la suite...


Nolive: On a fait le W, dans l'autre sens, un peu pluvieux mais avec de belles éclaircies. Ouf! Mais ne soit pas si impatient, tu liras ça dans les prochains articles.


Steph: On sent l'expérience pour le réveil du matin. (Pas besoin de faire de blague Nolive). Et merci pour la chanson... Mais on a hate que la Compagnie Creole se produisent en Amérique
du sud?

Nolive 13 06/03/2013 21:05


Comme on dit en Provence "Qui pisse au vent se rince les dents !"

Stephoroo 05/03/2013 15:57


Ole los mecos !


c'est normal que vous puissiez pas rentrer au chili avec de la viande, le chili con carne c'est avec la viande du pays !
A ce propos, je pense que le vent de dos, s'il venait du bas du dos, devait aussi venir du chili con carné.


Super le coup des 76km pour 25 pingouins !
Sa aurait pu être pire, ils auraient pu tous décider de partir à l'île de Paques pour poser les oeufs vu que c'est bientot (Pâques).


Y'a vraiment une différence énorme entre le debut du voyage ou c'est t shirt, short et tongs et là ou y'a pas un bout de peau qui dépasse.
Ca fait plus aventurier, les Bob Morane Indurain de la Pampa. Je vous comprends à 1000% pour le réveil dans le duvet a plume pour sortir dans le froid, d'abord pour aller pisser un bol et après
pour préparer le petit dej, c'est rude !
Le test du matin pour jauger de l'état de réveil c'est d'ailleur le pissou du matin, si tu pisses face au vent c'est que t'avais qu'un oeil ouvert. L'avantage c'est que si tu pisses face au vent
t'ouvres vite le deuxieme oeil. 


Petit conseil, vous verrez si les gens sont super sympa si vous demandez l'heure et qu'ils vous donnent leur montre.


En parlant de pampa, petite note musicale, comme vous avez besoin d'une chanson dans la tete pour pédaler:


"Para bailar la Pampa, se necesita una poca de agua"
"una poca de agua"
"una poca de agua"
"que no me da"
"que no me da" 


"laaalaaa la PamPa" 


A bientot,
Stephoroo - soy capitan, soy capitan


PS: Guillaume, superbe blague sur la terre de feu et les pompiers.

Nolive 13 05/03/2013 14:34


Olala ca me rend nostalgique à chaque fois !!!!


Vous voila au départ de Torres del paine ! IDEAL ! Vous faites de circuit W ? La seule difficulté du parcours c'est la montée vers Las Torres ... On l'avait faite au début et c'était pas mal !


Je ne fais pas de blague sur les pompiers mais j'y pense fort !


Bises


Olive

AJfamily 05/03/2013 07:11


Faudra voir ce qu'on goute


la trajectoire dela route


les meandres au creux des reins


et tout ira bien


Le vent l'emportera !


Merci les dauphins, les pinguoins et les emeus !

Pétronille 04/03/2013 08:43


Merci pour ces nombreuses photos, les paysages sont magnifiques!


Reposez vous bien avant de poursuivre votre périple!

GuiomC 03/03/2013 22:23


Ils doivent avoir du boulot les pompiers sur la Terre de Feu.


Sympa les paysages !

Stats

Nous sommes rentrés!

Daisypath Vacation tickers

Kilometrage Localisation
Au 04/09/2014 Au 04/09/2014
30 431km Cayenne

Où sommes-nous?

Nous contacter

   enveloppe

Catégories

Traduce / Translate