Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 octobre 2012 2 23 /10 /octobre /2012 23:37

Les 2 jours de repos à Diamantina ont été bénéfiques : nous avons pu profiter de nos hôtes Carlos, Ana et Antonio. Ca a été l'occasion de discuter de nos vies respectives et de partager un peu du quotidien des Brésiliens. On a eu en particulier le droit à une ribambelle de plats typiques du Minas Gerais, et une soirée mémorable à boire de la bière, de la cachaca avec un guitariste chantant de la musique brésilienne!

rps20121023 131648

Pour couronner le tout, Ana et Antonio nous ont emmené voir une cascade pas très loin de Diamantina et on a atteri à Biribiri où le bar proposait moultes cachaca différentes!

rps20121023 133006

Après avoir été chouchoutés pendant ces 2 jours, il a bien fallu partir... En effet, nous avions choisi notre chemin (Curvelo, Pirapora, Brasilandia, Unai et Brasilia) et nous savions en particulier que nous devrions emprunter une piste en terre sur plus de 100 km... D'autre part, sur ce trajet, il n'y avait pas de sites 'touristisques', nous avions prevu de rouler sans faire de vraies pauses.

Nous avons donc quitté Diamantina, à 1300 m d'altitude, et nous avons descendu tranquillement vers Curvelo. Nous avons de nouveau retrouvé les grosses chaleurs, nous essayons dans ces cas-là de faire une pause plus longue le midi. On a par exemple visité la basilique Sao Geraldo, à Curvelo. 

rps20121023 133438

Et le temps que l'on revienne de notre balade, le Padre, étant lui-meme cycliste et ne pouvant pas venir car ayant un office, avait missionné une de ses fidèles pour nous prendre en photo! On doit donc peut-etre se retrouver sur le site internet du Padre : www.peandersontrevenzolicssr.blogspot.com

Comme il fait chaud, on s'arrête régulièrement demander de l'eau, en particulier dans les bars, où on peut en plus profiter d'une bonne bière fraîche, ou faire le plein pour le repas du soir (cf. l'article culinaire précédent...)! Le seul problème, c'est que les bouteilles de verre sont consignées, on ne peut donc pas les emmener... Mais une  barmaid a trouvé la solution [oui oui c est bien de la biere qui se cache sur cette photo] :

rps20121023 133600

Heureusement, la chaleur se transforme en fin d'après-midi en orage impressionant :

Et comme le beau temps revient, on a même eu le droit à un arc en ciel magnifique :

rps20121023 133904

Sur le chemin, nous sommes tout de même passé à Corinto, ville situé au centre du Minas Gerais, région que nous traversons depuis presque 1 mois .

Après ces quelques jours de vélo sans pause, nous sommes arrivés dans la grande ville de Pirapora. Une fois n'est pas coutume, nous avons pris une chambre d'hotel pour nous reposer, mais surtout pour nous préparer pour les 100km de piste en terre... Nous pensions bien dormir, entre 4 murs et avec de vrais matelas. Finalement la nuit a été  courte à cause tout d'abord de la chaleur, et ensuite des moustiques voraces qui passaient à travers la moustiquaire trouée de la fenêtre!

Heureusement, nous avions tout de même le wifi, nous avons donc pu préparer les kilomètres à venir et repérer les éventuelles maisons/villages où nous pourrions faire le plein d'eau sur la piste...

Pour profiter pleinement de la ville, on s'est fait un très bon churascaria et Tetef a fini  dans une cabine poisson..

rps20121023 134226

Enfin arrive notre épreuve : la piste en terre! 

Tout avait bien commencé : en quittant Pirapora, la route était belle, roulante, après une belle côte nous sommes arrivés sur un plateau avant de bifurquer vers la piste :

rps20121023 134519

Avant de nous y engager, nous entrons dans une propriété que nous avions repéré avant (merci Google Map...). Nous trouvons des mécanos au fond. Après avoir expliqué  notre voyage, le patron nous accompagne pour nous donner de l'eau. Finalement il nous invite aussi pour le café et nous explique qu'ils travaillent pour la reforestation après l'utilisation des terres par les mines (Minas Gerais...) et que les mécanos réparent les camions servant à lutter contre les incendies!

Après cette longue pause, nous démarrons vraiment la piste : elle s'avère en plutôt bon état et en légère descente! Nous terminons donc la journée de bonne humeur et cela continue puisque nous pouvons faire notre premier feu de camp du voyage:

rps20121023 134732

Le lendemain, nous continuons la descente sur la piste et nous arrivons au bord de la rio do sono, petite rivière qui nous réserve une belle surprise:

Nos réserves en eau diminuant, nous refaisons le plein à la rivière en espérant tout de même trouver de l'eau potable plus loin. C'est effectivement le cas lorsque nous arrivons à  un  bar au milieu de nulle part, où nous rencontrons des chercheurs de diamants (!!). Vu le nombre de bouteilles sur leur table, ils n'avaient pas l'air de chercher grand chose (ou alors ils avaient déjà trouvé...).

rps20121023 135006

Après cette pause nous continuons sur une piste qui s'est transformée tantôt en pierrier, tantôt en bac à sable, voire les 2 en même temps (sisi, c'est possible...). Après une après-midi difficile, nous bivouaquons au bord d'une forêt, où nous apercevons tout d'abord des petits singes dans les arbes et ensuite, pour la première fois, 2 magnifiques perroquets!

rps20121023 135400

Pour la dernière matinée de piste, nous n'avons plus beaucoup d'eau. Nous économisons au maximum, nous partons tôt afin de profiter de la fraîcheur. La piste s'améliore un peu mais nous sommes dans une zone désertique en termes de population, les terres étant occupées par des immenses plantations d'eucalyptus!  Nous apercevons même la fin d'un abattage complet d'arbres, au bulldozer...

rps20121023 135216

A ce moment-là, nous commençons à être inquiet pour l'eau. Il ne nous en reste plus  beaucoup, et la chaleur commence à arriver. Finalement, au croisement avec une autre piste, nous trouvons une petite église ouverte, un ouvrier travaillant à l'intérieur. Il nous propose de remplir nos bouteilles au robinet et nous offre en plus de l'eau gelée qu'il avait ramené pour lui!

Nous arrivons finalement au bout de la piste, content de retrouver l'asphalte! [Ci joint commentaire a chaud de Bibou]

Ces 48h de pistes auront été très éprouvant physiquement. Nous arrivons en fin de matinée à Brasilandia, nous nous trouvons un hotel et dès la fin du repas nous faisons une sieste de 2 heures! En fin d'après-midi, nous nous balladons un peu, et nous recroisons de nouveau l'ouvrier de l'église (qui nous a offert de l'eau le matin même) avec sa famille!

La suite du trajet s'avère facile : peu de dénivelé, peu de circulation et une route refaite depuis moins de 2 ans, très roulante... Autant dire un bonheur après les 100 kilomètres de piste! Nous longeons d'immenses champs circulaires, dus à l'irrigation en arc de cercle. D'ailleurs, on peut les voir avec Google Map sur la route après Brasilandia.

Après avoir chercher en vain un endroit pour bivouaquer, nous entrons finalement dans une fazenda. Nous expliquons au propriétaire, Mario, que nous cherchons seulement un endroit pour dormir, et que nous avons tout le reste (eau, nourriture...). Il accepte qu'on s'installe dans son champ. Après avoir installé la tente et mangé, le proprio revient et nous dit qu'il nous invite avec sa femme, Roselina, pour manger...  Finalement ils nous offrent une bière, et nous passons une partie de la soirée avec eux à discuter. Ils s'assurent que nous avons bien tout et nous offre des biscuits pour le lendemain matin. Roselina en particulier veut que nous gardions une bonne image de l'accueil dans le Minas Gerais... C'est réussi! La nuit est pourtant mouvementée : nous nous réveillons au milieu de la nuit, avec tout d'abord de fortes respirations près de la tente, avec des bruits de pas, puis une sorte de bruit de fontaine... C'est le troupeau entier de vaches qui nous encercle! Tetef prend quelques photos avec flash pour les effrayer :

rps20121023 135634

Ca ne marche pas... Finalement, alors que Tetef etait sorti lui aussi pour faire des bruits de fontaine, une des vaches commence à courrir, et c'est le troupeau entier qui suit,  faisant trembler  la tente et Bibou qui était dedans...

Ensuite, nous nous dirigeons vers Unai, ville sans grand intérêt, sauf celui de nous ravitailler (primordial!). Nous demandons de nouveau l'hospitalité pour la nuit. Arnold et Mariajose nous permettent de nous installer au fond de leur champ, près de la rivière. Alors que l'orage arrive et qu'il pleut de plus en plus, Arnold vient nous voir pour nous proposer de nous installer sous l'abri de la voiture. Finalement, comme tout est déjà installé et que nous sommes confiant dans notre matériel, nous préférons rester à notre endroit. Et nous avions raison : malgré la forte pluie et le vent, nous sommes rester au sec sous la tente!

Enfin arrive la dernière ligne droite vers Brasilia. Nous quittons Unai, et entamons l'ascension vers le plateau à plus de 1000m d'altitude. La route monte tranquillement, et surtout le temps est couvert, ce qui limite la chaleur. Arrivé en haut, nous apercevons un restau. Nous décidons de refaire le plein d'eau. Mais nous sommes dimanche et il est fermé. Nous croisons les propriétaires qui finalement nous rouvrent les portes pour nous donner de l'eau...

L'arrivée sur le plateau nous fait changer complètement de paysage. Ici, tout est cultivé à perte de vue, une sorte de Beauce proche de la capitale du Brésil. Nous retrouvons les champs circulaires, cette fois plus nombreux qu'à Brasilandia.

rps20121023 140042

Après une nuit en bivouac sur une propriété abandonnée, nous partons vers la capitale. Après une dernière ascension, nous terminons le trajet sur une piste cyclable jusqu'aux portes de Brasilia. Nous commençons à être euphoriques, à la fois heureux et fiers d'avoir parcourus près de 2000 km depuis Rio de Janeiro pour arriver ici. Dans la dernière descente, nous apercevons le pont JK qui traverse le lac de Brasilia, grandiose et magnifique :

rps20121023 140132

Les derniers km se font cette fois sans piste cyclable, sur de grands boulevards et des autoroutes, pas forcément agréables (mauvais présage qui se révélera un enfer.... nous vous en parlerons la prochaine fois...), mais nous parvenons enfin devant un des batiments emblématiques de Brasilia, le Congrès National, symbole de notre arrivée :

rps20121023 140322

Nous pensons rester 5 jours pour visiter Brasilia, et nous allons être logés chez l'habitant. Ce sera l'occasion de découvrir la capitale du Brésil, la vie quotidienne avec nos hôtes, mais aussi 5 jours d'intenses visites, de repos, de ravitaillement, d'achats divers pour les vélos et sûrement de préparation de la route à venir pour la suite!

 

PS : au fait, Bibou a crevé seulement 2 fois sur ces 850 km (dont la 1ère crevaison sur la roue avant!), et tordu sa roue avant de vélo... Tétéf toujours rien...

L album complet est disponible au lien suivant :

Partager cet article

Repost 0
Published by Roues Libres - dans Récit de voyage Brasil
commenter cet article

commentaires

Joseph Anne-Marie 11/11/2012 22:21


Salut les champions, attention ne faites pas comme Amstrong, vous risqueriez d'être déclassés. Bon voyage, la prime d'arrivée vous attends à Ste Flaive.


Très beaux paysages.


Bisous Anne-Marie  Joseph

Tonyo 25/10/2012 14:02


Merci pour ce nouveau récit de vos aventures... J'ai hate de découvrir la suite ! Profitez bien de Brasilia.

Pétronille 24/10/2012 17:55


Merci pour toutes ces nouvelles détaillées et pour les petits films qui rendent votre récit encore plus vivant : Bibou a l'air vraiment KO à la fin de la piste de terre...quelle aventure!


Pour votre retour on attend un guide détaillé des bieres d'amérique du sud, vous allez devenir spécialistes!!!

Olivier 24/10/2012 15:53


Idéal ! Félicitations pour les 2000Kms parcourus en plus avec du dénivelé !


La gestion de l'eau semble assez compliquée ... Mais d'un autre coté j'ai l'impression que chaque fois que vous demandez de l'eau c'est l'occasion de faire des rencontres ... Et de ce qu'on
comprend les gens sont tres gentils ! C'est cool !


Bises !!!! Et bonne visite de Barsilia !

Lucile C. 24/10/2012 10:26


Eh bien, cela en fait des bières, vous allez nous revenir alcooliques ! Bon, en même temps, c'est bien mérité car cela n'avait pas l'air de tout repos. En tous cas, les images de la rivière sont
vraiment sympas (moins de l'orage !). Profitez bien de votre séjour à Brasilia.


Bisous de Guillaume et moi.

maman 24/10/2012 09:37


Superbe, merveilleux paysages, de la bonne bière bien fraîche, enfin que du bonheur. Sauf sur le chemin de sable.............Continuez...........


Bisous

Naëlle 24/10/2012 09:27


De vrais aventuriers, bravo! Comment ça se passe pour communiquer avec les Brésiliens, tu parles en espagnol TTF et ils te répondent en portugais?

Stats

Nous sommes rentrés!

Daisypath Vacation tickers

Kilometrage Localisation
Au 04/09/2014 Au 04/09/2014
30 431km Cayenne

Où sommes-nous?

Nous contacter

   enveloppe

Catégories

Traduce / Translate