Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 avril 2013 6 20 /04 /avril /2013 17:38

Nous passons une journée de repos à Coyhaique. La ville n'offre pas grand chose et l'accueil au camping où nous logeons n'est pas terrible. Mais comme d'habitude lors d'une pause, on en profite pour mettre à jour le blog, trier et réduire en taille les photos, faire le plein de courses et se faire de bons petits plats. On va même à la bibliothèque pour profiter d'internet et Tétéf se remet à la conjugaison en Espagnol... Oui les cours du lycée sont déjà loin... Le soir comme Bibou ne peut pas faire de pain, il se venge en faisant triple dose de pancakes!!! En même temps comme la proprio ne veut pas mettre le chauffage, le temps de les faire cuire, ça réchauffe la pièce!

 

En plus, nous nous faisons réveiller la nuit... par des chiens! C'est quelque chose dont on ne vous a pas encore parlé... Mais depuis que nous sommes dans le sud, que ce soit au Chili ou en Argentine, il y a dans tous les villages/villes des hordes de chiens errants. Ils aboient contre les voitures, parfois contre les cyclistes que nous sommes. La nuit, ça n'arrête pas, une vraie plaie. Dès qu'un chien se met à aboyer, son voisin lui répond et parfois tout le village s'y met! En tente, forcément, on est vulnérable au bruit. On a pensé investir dans des somnifères (à mettre dans une boulette pour le chien...) ou une arme avec un silencieux... Mais ça revient un peu cher... Qu'à cela ne tienne, nous avons fait le plein de bouchons d'oreilles!

 

Nous quittons donc Coyhaique sans trop de regret, on savoure tout de même la vue sur la ville en partant:

rps20130420 143543

 

Ensuite nous longeons le Rio Simpson dans une vallée encaissée, pleine de cascades.
rps20130420 143808

 

Que d'eau, que d'eau! Ça, la Patagonie n'en manque pas, d'ailleurs le midi au bord de la rivière comme il fait froid Bibou essaye d'allumer un feu. Le bois était tellement humide que le feu (malgré l'essence, chut!) n'a jamais pris. Rassurez-vous on ne l'arrête pas comme ça. Le soir dans un champs il essaye la technique de ses parents, en mettant du papier imbibé d'huile... et ça marche. Merci Jean-Luc, Denise, on a passé un bon bivouac près du feu!

 

Le lendemain matin après 7 mois de voyage c'est la première fois qu'on se fait repérer dans un champs. Un cavalier surgit derrière un buisson avec son chien. Nous en train de prendre notre petit dej. Il passe, nous salue et nous demande tout simplement d'emporter avec nous nos déchets. Evidemment c'est ce qu'on fait tout le temps.

 

Encore une fois on roule sous une pluie fine, c'est pas agréable et les vêtements de pluie protègent un peu mais ça condense quand même à l'intérieur. Résultat on est trempés! C'était sans compter sur le "chasseur de cyclistes"... Jorge! En effet Jorge s'est arrêté au bord de la route pour nous parler et très rapidement nous proposer l'hospitalité dans sa Casa de ciclista (Maison pour les cyclistes). Elle se trouve à Villa Mañihuales. On s'y rend rapidement et Jorge nous présente les lieux et nous dit qu'il s'en va jusqu'à tard dans la nuit. Bref ce mec est épatant, il ne nous connait pas mais nous ouvre ses portes. Nous savions qu'il existait et si nous ne l'avions pas croisé, nous nous serions rendus chez lui. Beaucoup de cyclos en parlent. On en profite donc pour faire 2 lessives, se laver, faire de la bonne cuisine, du pain maison (Cette fois c'est Tetef qui s'y met). Bibou lui révise un peu son vélo, ses roues étaient légèrement voilées. Le soir en pleine cuisson du pain, plus de gaz... On va donc acheter une bouteille à la station, voilà des années que ça nous était pas arrivés. La nuit fut très agréable, Tétéf a dormi jusqu'à 10h! Comme quoi un vrai matelas c'est le pied. Bon y'avait bien quelques chiens (encore), mais avec nos bouchons, on dort tranquille!

 

Le lendemain nous rencontrons et discutons plus avec Jorge. Ca fait plusieurs années qu'il accueille et même qu'il chasse les cyclistes pour les recevoir chez lui. Il tient une boutique de vélo et répare gratuitement les vélos des gamins du village. Rien qu'à lire son livre d'or, on voyage à travers les récits laissés par les cyclos, ceux qui viennent du nord, du sud, seul, en famille, avec des vélos en bambous, une femme de 63 ans, etc... Ceux que nous avons croisé ces dernières semaines. Bref dommage que nous n'ayons pas plus connu Jorge et sa connaissance en mécanique...
rps20130420 144046

 

Mais il fait beau alors on quitte Villa Mañihuales. Puis après la pause de midi, il commence à pleuvoir. Ce soir-là, on espère trouver une petite cabane, un refuge, si possible avec cheminée. Au détour d'un virage, notre voeu se réalise, la maison est petite mais propre, abandonnée depuis quelques années. Le poêle à l'air de fonctionner, mais dans la pièce principale flotte une vieille odeur... Nous optons donc pour une pièce annexe, on balaie et on ramène la table et de quoi s'assoir. On passe une bonne soirée. Mais la nuit, l'ambiance est bizarre, on n'est pas très rassuré. On a peut être trop lu les bouquins de Franck Thilliez... Bref au moindre bruit on sursaute!

rps20130420 144428

 

Le lendemain, jour anniversaire de Bibou, le temps s'éclaircit et on a même droit à un beau soleil. Encore une fois les paysages sont magnifiques : forets, rivières turquoises, route bordée par des fuchsias, cascades, ... En plus c'est de l'asphalte! Mais la pause pour nos postérieurs et le dos est finie, puisqu'en bas d'une grosse côte on retrouve ce fichu ripio. Nous arrivons alors au Parc National de Queulat. Avant d'atteindre le col, on s'arrête faire une rando dans "le bois enchanté". Le nom fait un peu penser à Chantal Goya. Mais le sentier est vraiment magnifique, les arbres sont recouverts de mousses et de lychens. Il n'y a personne. On attend presque qu'une fée apparaisse...
rps20130420 145204

 

Le sentier se termine sur un lac couleur émeraude avec une chute tombant d'un glacier.
Photo rps20130420 145032

 

On poursuit notre route dans le parc en passant le col. On descend dans l'autre vallée pour arriver jusqu'au fjord et retrouver la mer. Ça fait bizarre de voir des mouettes dans ces paysages de montagnes. On passe la soirée au camping du Parc National. Tétéf fait un gateau à la semoule, aux pommes et au chocolat pour fêter l'anniversaire de Bibou. Ça n'a pas l'air très bon, mais c'était plutot pas mal, surtout quand on a juste le rechaud pour le faire... En plus Bibou a pu souffler sa bougie.
rps20130420 145449

 

Cette partie du Parc est connue pour son glacier suspendu. Le soir on a pu le voir, mais le lendemain on prevoyait une rando pour s'en approcher mais il pleuvait de nouveau. Heureusement, on avait pu le découvrir de loin en arrivant au camping.
rps20130420 145252

 

Sous la pluie, le long du fjord on roule sur le ripio. Pourtant notre guide Copec (C'est le nom des stations services au Chili) mettait sur la carte que la route était asphaltée... De gros panneaux annoncent les travaux terminés, mais non ce ne sont que des cailloux. On s'arrête le midi à Puyuhuapi (Pas facile à dire hein!) et on se fait un resto. Du poisson avec des frites, que du bonheur!
rps20130420 145957

 

Malheureusement la pluie s'intensifie l'après-midi. On s'imagine déjà bivouaquer sous la pluie... ou retrouver une maison abandonnée. C'est chose faite encore une fois. Cette fois c'est un peu plus délabré, le poêle est cassé. Mais 1 Bibou+ 1 Tétéf + 1 Poêle cassé + 1 Tuyau + 1 couteau CHuisse = Mc Guyver! Oui nous avons bricolé notre poêle. Bon encore une fois ça fumait de partout, mais on a pu manger au chaud et faire sécher les vêtements.
rps20130420 150232

 

On a quand même dormi dans la pièce à côté pour éviter l'étouffement. On ne sera peut-être pas chauffagistes à notre retour... Cette fois, pas d'odeur ni d'inquiétude, les chaines de tronçonneuse qui trainent par terre ne nous effraient pas. On se dit que ce doit être Charles qui de temps en temps coupe du bois...

Le lendemain on trouve enfin le chantier! Oui ils sont bien en train de refaire la route. Et nous on a droit à la boue, aux camions et aux pelleteuses. Mais c'est dingue le monde qui y travaille et tout ça sur une vingtaine de kilomètres.
rps20130420 150635

 

Depuis plusieurs jours, nous alternons la pluie et le beau temps. Nos vélos déjà souffrent du ripio, de la boue, de la poussière. Tous les jours on doit nettoyer la chaine et la rehuiler. Des fois on fait ça lorsque la route nous semble mieux et généralement il y a de la pluie ou de la boue pour la faire couiner quelques kilomètres après... Bibou a d'ailleurs encore cassé un maillon de sa chaîne. Comme quoi, est-ce néssésaire de la bichonner tous les jours?

Le soir on bivouaque auprès du feu. La température est plutot agréable ces jours-ci. Le lendemain peu après le départ, Bibou recasse sa chaine... A ce rythme, pas sûr qu'il y ait assez de maillons jusqu'à la prochaine grande ville...

rps20130420 150709

 

Un midi on aperçoit un terrain avec une table le long d'un torrent. C'est génial comme aire de pique nique. On installe la tente pour la faire sécher. On engloutit notre repas et là une femme avec ses bottes et son tablier vient nous dire que c'est un terrain privé! Bref, si on veut rester, il faut payer. La bonne blague... Vu que la pluie semble venir sur nous, on s'en va!

Le soir on espère trouver un abri, le vent s'est levé et il risque de pleuvoir. On apercoit un camping. De nouveau, la bonne blague, la patronne annonce un prix exorbitant pour la région. On lui dit qu'on paye moins cher d'habitude. On s'apprète à partir bivouaquer mais elle accepte finalement notre prix si on prend une douche rapide. Voilà on s'installe mais bon, il faut nous même aller ramasser le bois, et vu l'état des sanitaires, c'est encore cher payé!

Tetef qui après 60 km de route en gravier n'en a pas assez dans les jambes, retourne sur ses pas pour essayer de retrouver sa serviette perdue en cours de route... 12 km pour rien, il avait qu'à mieux l'accrocher pour la faire sécher.

 

Enfin, arrive notre dernière étape. Au réveil le ciel est couvert, mais juste un léger voile. Puis le temps se découvre et enfin depuis plusieurs jours un superbe soleil pour nous récompenser. L'étape n'est pas facile, plus de 800 m de dénivelé positif et la route n'est pas en bon état. Donc arriva ce qui devait arriver : encore une chaîne qui pète... Mais il y a une certaine justice, c'est celle de Tétéf!
rps20130420 151253

 

Pour s'en remettre, le paysage dans la vallée du torrent Futaleufú est magnifique et se livre entièrement lors de la pause du midi. La vallée est connu pour le kayak et le rafting, mais on a pas vu GO Fanny et les copilotes de hot dogs...
Après une dernière côte sévère, nous voici donc enfin à Futaleufú, à quelques kilomètres de la frontière avec l'Argentine, notre prochaine destination. On doit vous avouer que nous sommes très contents de quitter la Carreta Austral et surtout ses centaines de kilomètres de piste. Car cette route mythique est bien paradoxale. Les paysages sont sublimes mais il pleut souvent et les nuages cachent les sommets. On n'a jamais été aussi trempés. La route est peu asphaltée et donc nos vélos et surtout nos chaînes ont souffert. Bref on est un peu fatigué mais on a pu apprécier des paysages authentiques et préservés. Donc si on a des conseils à donner aux cyclos: faîtes la route tout nu et en trotinette, au moins vous ne tremperez pas vos vêtements et n'abimerez pas votre chaîne!

 

Ah oui, message pour le Docteur (?) N.B. : un léger mal de gorge nous a obligé à ouvrir notre trousse à pharmacie. Après des mois sans l'utiliser et surtout presque 1000 bornes sur des routes sans asphalte, on s'est aperçu que certains médocs avaient soufferts: pomades éventrées, comprimés réduits en poudre, pansements humides... C'est moche, mais bon, c'est bien de se dire que la trousse à pharmacie ne nous sert plus trop souvent!

 

Pour visionner l'album de cette étape : 68 - Coyhaique - Futaleufu 68 - Coyhaique - Futaleufu

 

Pour la suite, nous continuons vers le nord, mais côté argentin : Trevelin, El Bolson, San Carlos de Bariloche et San Martin de Los Andes. Cette escapade en Argentine devrait toutefois être de courte durée. On prévoit en effet de revenir ensuite au Chili pour remonter (enfin?!?) vers Santiago!

Partager cet article

Repost 0
Published by Roues Libres - dans Récit de voyage Chile
commenter cet article

commentaires

Roues Libres 09/05/2013 19:38

Nous avons un peu de retard sur les commentaires... Nous avions bien acces au Wifi, mais l Argentine est pro du Wifi tres bas debit et des ordinateurs encore plus lents pour nous empecher de mettre a jour regulierement le blog...

Enfin, le retour au Chili nous permet de remedier a cela!

Jean-Luc et Denise : effectivement, le climat nous rappelle souvent la France en ce moment-la. Les couleurs sont magnifiques, mais les nuages bas, la grisaille et la pluie ne sont pas les meilleurs conditions pour apprecier le paysage... D ailleurs en ce moment, nous sommes a Villarica, a cote d un volcan qui culmine a plus de 2000m, mais nous ne l avons toujours pas apercu depuis que nou sommes arrives...

Naelle et Aj Family : pour les chiens errants, on a encore quelques histoires "croustillantes" a vous raconter, mais ce sera pour le prochain article...

Nolive : Comme on voit, ca bosse dur... mais c est peut etre difficile de s y mettre avec la fatigue accumulle ces dernieres semaines :-) En ce qui concerne l huile, effectivement, on prend ce qu on trouve. Elle n a pas l air trop mal, mais des que la poussiere vole un peu sur le chemin, ca se met partout de toutes facons... Heureusement, en ce moment, avec la pluie, ca lave tout! La chance, non?

Nolive 13 02/05/2013 16:08

Bon anniv Bibou (avec du retard désolé) !!!!

Sympa encore une fois cet article ! Il passe nikel entre 2 réunions au boulot ! :-)

Vous devenez de vraies squatters de cabanes en bois !!!!
Attention de ne pas devenir en bois vous aussi !

Aie aie aie la chaine ...
Conseil 1 : il ne faut l'utiliser QUE pour le vélo !
Conseil 2 : mettez de l'huile fine ... Tout ce qui est trop gras ca accroche la poussiere (bon je sais pas ce que vous trouvez) ... L'idéal c'est la WD40 : ils en vendent au casto à la Défense ! Je vous en prend une ?

Fallait en parler avec Mister Jorge ! Il devait connaitre lui ! Ca doit etre un phénomène ce type ! Dommage que vous n'etes finalement resté qu'une nuit avec lui ...

Bises et faites attention à vous

Nolive

jp 27/04/2013 12:02

C le jorge de sainte flaive ? I te connais ! Bien le bonjour a lui ! Bisous a vous

ajfamily 23/04/2013 07:25

Bon courage ! Et bravo pour tous ces km avales !
Les chiens errants qui gueulent toute la nuit.. brrrr

Naëlle 22/04/2013 15:23

Avec du retard : feliz compleanos Jérome!!!!
et pour le (?) : not yet... je vous l'aurais dit...
Vous êtes de vrais aventuriers : je serai morte de trouille dans ces maisons abandonnées, sans parler des chiens errants... Je suis en pleine admiration!
bisous les amis, et continuez de bien en profiter!

Jean-Luc et Denise 21/04/2013 20:21

Vos articles sont toujours super et nous font voyager à travers vous. Et que dire que vos photos...elles nous font rêver. Pour votre retour en métropole, peut-être la Bretagne où le nord de la France. Le climat de ces régions vous rappelera de bons vieux souvenirs surtout si c'est en hiver...!

SLK et FD 21/04/2013 11:06

Encore merci pour ce beau reportage ! Et avec beaucoup de retard, joyeux anniversaire à Bibou !

Bises et à bientôt !

Stats

Nous sommes rentrés!

Daisypath Vacation tickers

Kilometrage Localisation
Au 04/09/2014 Au 04/09/2014
30 431km Cayenne

Où sommes-nous?

Nous contacter

   enveloppe

Catégories

Traduce / Translate