Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mai 2014 1 26 /05 /mai /2014 02:02

Vénézuela! Ce simple mot assombrit le visage, inquiète, nous fait presque changer nos plans... Nous voilà donc dans ce pays tant redouté!

Frontières
Après avoir fait tamponner nos passeports côté colombien, nous passons à la douane vénézuelienne. Nous avons le droit à un quasi interrogatoire : combien de temps on va rester, avec quel argent et "pourquoi vous venez faire du tourisme au Vénézuela ?!?". Finalement, tout se passe bien et nous avons le droit à notre tampon de 3 mois. C'est parti!

Paraguachon (Colombie) - Caracas (Vénézuela) - 987 km - Surprises!

D'un pays à l'autre, nous traversons les mêmes paysages secs de la péninsule de la Guajira. En revanche, côté circulation, grand changement : il y a énormément de trafic, les voitures sont très larges et très vieilles, la carrosserie est défoncée, tout comme le coffre. Avec la route étroite, on espère que ça va bien se passer.

Paraguachon (Colombie) - Caracas (Vénézuela) - 987 km - Surprises!

Sur une autre planète
Finalement, même sans bande sur le côté, les voitures, camions et bus doublent. A vélo dans ce pays, on est des extra-terrestres, on détonne dans le paysage. Les gens ralentissent pour nous parler, pour nous prendre en photo (même le policier qui 5 minutes avant nous braquait avec son arme. On y reviendra). Dans la grande ville de Maracaibo, on se sent également en sécurité sur la route, on est vraiment les seuls à se déplacer à vélo...

On aura même de bonnes surprises sur le chemin avec parfois une bande sur le côté ou des routes très larges.

S'il y a autant de circulation, c'est en parti parce que l'essence est peu chère, voire donnée! Pour le prix d'un bidon d'eau de 20 litres, les gens peuvent faire 4 (quatre!) fois le plein de leur gros 4x4! Et quand on a besoin d'acheter un demi-litre d'essence pour notre réchaud? C'est cadeau!...

Tout comme l'essence, l'électricité est peu chère, car produite à 75% par des barrages hydroelectriques, dont celui de Guri, le 3eme plus grand derriere les 3 Gorges en Chine et Itaipu entre le Bresil et le Paraguay. Ici, avec la chaleur tropicale, la clim n'est pas un luxe, mais un élément de confort courant dans chaque maison.

Premiers contacts avec les autorités
A quelques kilomètres de la frontière, nous avons le droit à un premier contrôle de la douane. Ils nous demandent si nous avons payé la taxe d'entrée. Une taxe ou un pot de vin? On s'en sort en rigolant, sans rien payer, on nous avait prévenu de ce genre de pratiques...

Nous croisons également des militaires débarquant de la mangrove avec leur hydroglisseur. Ils sont surpris de nous voir, toutes bâches sorties et la tente montée. On leur explique qu'on est en train de faire sécher nos affaires suite à notre bivouac sur la plage. Ils repartent rassérénés, mais non sans avoir contrôlé notre passeport.

Nous croisons d'autres militaires lors d'un contrôle sur la route qui, cette fois, nous offrent de l'argent après qu'on leur a dit notre repas du soir : riz et viande hâchée. On doit faire pitié...

Mais tout ne se passe pas comme d'habitude lors d'un bivouac. Après une longue journée de vélo, nous nous étions installés à côté d'un oléoduc, à l'écart de la route et bien cachée de celle-ci. La nuit se passe bien, mais le lendemain matin, le fermier du champ d'à côté a aperçu un truc bizarre dans les fourrés et a appelé la police. A 7h30, encore sous la moustiquaire, Bibou voit donc arriver 2 policiers, armes à la main. Il réveille en sursaut Tetef, qui ne comprend pas trop ce qui se passe. Les mains sur la tête, on sort et on tente d'explique qu'on est juste 2 touristes et qu'on a passé la nuit ici. Ils parlent de nous emmener au poste, mais quand ils comprennent qu'on est effectivement des voyageurs à vélo, ils nous posent plein de questions sur notre voyage et nous prennent même en photo! On rit jaune, cette mauvaise expérience va nous changer un peu nos habitudes...

Justement, les bivouacs
On profite de la plage sur les Caraïbes, où on arrive à planter la tente sans que les gens appellent la police!

Paraguachon (Colombie) - Caracas (Vénézuela) - 987 km - Surprises!
Paraguachon (Colombie) - Caracas (Vénézuela) - 987 km - Surprises!Paraguachon (Colombie) - Caracas (Vénézuela) - 987 km - Surprises!

Sinon, on demande dorénavant pour avoir un lieu "officiel" pour la nuit. Les écoles sont une bonne option, même s'il faut se lever tôt pour partir avant le début des cours. Le poste de police aussi, mais ça reste un peu plus bruyant.

A la découverte du Vénézuela
Sur notre chemin, nous passons d'abord par Maracaibo, sur la rive du lac du même nom. Seules quelques rues du centre ont conservé leur architecture coloniale, mais l'ambiance de marché à ciel ouvert est agréable, on trouve tous les fruits et légumes dont on a besoin. A quelques kilomètres du centre, on se balade sur un sentier traversant la mangrove. On aperçoit quelques maisons sur pilotis au bord du lac. La profusion de ces maisons à l'arrivée des Espagnols au XVIème siècle ont donnée le nom à cette région : Vénézuela, "petite Venise".

Paraguachon (Colombie) - Caracas (Vénézuela) - 987 km - Surprises!
Paraguachon (Colombie) - Caracas (Vénézuela) - 987 km - Surprises!Paraguachon (Colombie) - Caracas (Vénézuela) - 987 km - Surprises!
Paraguachon (Colombie) - Caracas (Vénézuela) - 987 km - Surprises!

Nous arrivons ensuite à Coro, 2ème ville fondée en Amérique du Sud. Cette fois, le centre historique est magnifiquement conservé, et est même classé au Patrimoine Mondial de l'UNESCO.

Paraguachon (Colombie) - Caracas (Vénézuela) - 987 km - Surprises!Paraguachon (Colombie) - Caracas (Vénézuela) - 987 km - Surprises!Paraguachon (Colombie) - Caracas (Vénézuela) - 987 km - Surprises!

Un autre point d'intérêt insolite se trouve juste à l'extérieur de la ville : des dunes de sable pointent leur nez au milieu d'une végétation sèche et la "brise" des Alizées les déplace petit à petit. L'une d'elles déborde sur la route et les tractopelles tentent de désensabler... Un travail sans fin!

Paraguachon (Colombie) - Caracas (Vénézuela) - 987 km - Surprises!

Justement, les Alizées... Ils ont aidé Christophe Colomb à traverser l'Atlantique d'Est en Ouest. Malheureusement, nous allons vers l'Ouest, et on l'a en pleine face... Il y a très peu de dénivelé, mais le vent fort ralentit notre progression et nous fatigue très vite. Encore une fois, nous maudissons cet ennemi invisible.

Paraguachon (Colombie) - Caracas (Vénézuela) - 987 km - Surprises!

Plages et cocotiers
Nous arrivons ensuite au Parc Morrocoy, où l'on trouve de magnifiques plages sur des îles à quelques encablures de la côte. Nous passons 2 jours dans les environs, à profiter de la mer turquoise et à se reposer. Bon, comme nous arrivons une fin de semaine, nous ne sommes pas les seuls, mais on arrive à trouver quelques coins à l'abri de la musique et du rafut des fêtards qui picolent dès 10h du matin...

Paraguachon (Colombie) - Caracas (Vénézuela) - 987 km - Surprises!

San Mateo
La route quitte ensuite la côte et nous montons vers Valencia. A 500m d'altitude, l'air est un peu plus frais. Nous passons par San Mateo, où se trouvait l'une des propriétés de la famille Bolivar où ils cultivaient de la canne à sucre. La famille était riche et utilisait plus de 1000 esclaves sur ses terres. L'envers du décor n'est pas glorieux, mais cette fortune a permis à Simon Bolivar d'étudier en Europe et de ramener en Amérique du Sud les idéaux de la Révolution Française et des Lumières...

Colonia Tovar ou "Colonia Cauchemar"
On nous avait pourtant prévenu, même les cyclistes de route redoute cet itinéraire. Nous grimpons 1400m de dénivelé sur une route construite avec des pentes à plus de 10% majoritairement. Les portions à 12-15% sont régulières et on atteint même les 18%. On a plutôt l'impression de faire de l'alpinisme que du vélo. On s'arrête tous les 30m pour reprendre notre souffle, les jambes n'ont jamais autant forcé et les bras qui tirent sur le guidon sont endoloris. Un vrai calvaire. C'est sûrement la plus grosse difficulté de notre voyage. Mais, à ce rythme, on prend vite de la hauteur et on profite d'un bivouac avec une vue imprenable!

Paraguachon (Colombie) - Caracas (Vénézuela) - 987 km - Surprises!

Nous arrivons enfin à Colonia Tovar, colonie allemande qui s'est installée ici au 19ème siècle. Ils y ont apporté leur architecture et leurs spécialités culinaires. On a l'impression d'être sorti du Vénézuela. A près de 2000m d'altitude, la fraîcheur est agréable, on comprend pourquoi ils ont posé leurs valises ici!

Paraguachon (Colombie) - Caracas (Vénézuela) - 987 km - Surprises!Paraguachon (Colombie) - Caracas (Vénézuela) - 987 km - Surprises!
Paraguachon (Colombie) - Caracas (Vénézuela) - 987 km - Surprises!

Caracas Express!
Nous reprenons la route, tranquille jusqu'aux abords de la capitale. Nous entamons alors une descente vertigineuse, qui nous emmène directement sur l'autoroute. Le trafic est dense, mais l'entrée dans la ville se fait sans problème. Nous arrivons enfin à notre destination, sur la Plaza Venezuela, au coeur de Caracas!

Paraguachon (Colombie) - Caracas (Vénézuela) - 987 km - Surprises!

Quel accueil!
Que ce soit chez Luis à Maracaibo, chez Jose et sa famille à Coro, chez Roberto à Valencia, chez Angel à Maracay ou chez Nilsen et Diana à Colonia Tovar, nous avons été accueillis comme des rois. Ils sont à la fois étonnés de notre voyage et fiers qu'on visite leur pays. C'est l'occasion de discuter, d'échanger et d'appréhender les différences culturelles dans ce nouveau pays.

Paraguachon (Colombie) - Caracas (Vénézuela) - 987 km - Surprises!Paraguachon (Colombie) - Caracas (Vénézuela) - 987 km - Surprises!Paraguachon (Colombie) - Caracas (Vénézuela) - 987 km - Surprises!
Paraguachon (Colombie) - Caracas (Vénézuela) - 987 km - Surprises!Paraguachon (Colombie) - Caracas (Vénézuela) - 987 km - Surprises!

On a aussi rencontré beaucoup de gens sur la route, qui s'arrêtent pour nous parler ou pour nous offrir leur aide. On a croisé Rafael un ancien voyageur à vélo qui va nous héberger sur Caracas pendant notre séjour ici (!!!), Jose et Tony 2 cyclistes de route, Fedor qui nous a aperçu à Coro, Morrocoy et Valencia où il nous offre des cookies, et le petit Daniel qui est monté à plus de 20m pour nous cueillir des mangues...

Paraguachon (Colombie) - Caracas (Vénézuela) - 987 km - Surprises!Paraguachon (Colombie) - Caracas (Vénézuela) - 987 km - Surprises!Paraguachon (Colombie) - Caracas (Vénézuela) - 987 km - Surprises!

Justement, côté gastronomie, on est aussi bien accueilli. Alors qu'on était habitué au pain brioché légèrement sucré, les Vénézuéliens savent faire du vrai pain! On ne se prive plus... On nous a aussi fait découvrir les arepas fourrés (avec tout ce qu'on veut : viande, fromage...) et les cachapas (fourrés aussi, avec tout ce qu'on veut). Ce sont des galettes à base de farine de maïs, blanc pour les arepas et jaune sucré pour les cachapas. Pas forcément léger, mais parfait pour reprendre des forces.

Paraguachon (Colombie) - Caracas (Vénézuela) - 987 km - Surprises!

Mais alors, pas de problemes?
Il n'y a plus de manifestations dans les régions que nous traversons. La répression policière a usé le mouvement. Il y avait de nombreux contrôles policiers près de la frontière, mais sinon on ne ressent pas de tensions particulières.

En revanche, la crise que traverse le pays est visible dans les magasins et les supermarchés. Il manque beaucoup de produits, et parfois certains produits de base : lait, huile, sucre, farine, shampooing. Les gens font la queue pendant 1 heure dès qu'un produit est disponible. Il y a parfois la queue à l'extérieur des supermarchés, voire les militaires maintiennent des cordons de sécurité pour éviter les débordements. Ce manque de produits fait également monter les prix, mais les salaires ne suivent pas, et pour certains il est parfois difficile de boucler le mois.

Les produits importés manquent également, ainsi que toutes les pièces détachées. Les gens espèrent que leur voiture ne va pas les lâcher. A Maracay, on a été hébergé dans un immeuble de 22 étages, qui n'a plus qu'un ascenceur en fonctionnement et qui a été limité à 3 personnes pour qu'il s'use moins vite, une vraie galère aux heures de pointe...

Il pourrait suffire d'une étincelle pour que le pays s'embrase de nouveau.

Mais, paradoxalement, les gens continuent à vivre normalement, continuent à aller sur la plage les week-ends et à faire la fête. Il y a une sorte de résignation pour le moment, aucune action du gouvernement n'améliore les choses, la corruption semble prospérer et profite de la situation. Nous n'avons rencontré personne qui ait de l'espoir pour l'avenir proche du Vénézuela. Certains projettent même d'émigrer pour avoir une vie décente.

Malgré toutes ces difficultés, on ressent la même chaleur humaine qu'au Brésil. Certes, notre moyen de transport change notre rapport avec les gens, ils viennent nous parler, nous encouragent. Certains sont peinés que nous découvrions leur pays en ce moment. Mais les richesses patrimoniales et naturelles du pays en valent le coup. Nous sommes presque mieux accueillis ici que dans d'autres pays. Nous avons fait le choix de découvrir le Vénézuela par nous-mêmes et pour l'instant, on a juste envie de continuer à le traverser jusqu'au bout!

Paraguachon (Colombie) - Caracas (Vénézuela) - 987 km - Surprises!

L'album complet est disponible au lien suivant :

Partager cet article

Repost 0
Published by Roues Libres - dans Récit de voyage Venezuela
commenter cet article

commentaires

Nolive 11/06/2014 23:14

Je viens de relire cet article en sachant ce qu'il va se passer apres (les agressions).
Au début vous avez ressenti cette pression/violence puis moins ...
C'est dommage ca à l'air beau .. Les dunes sont juste ouf ! Magnifique !
Bises
Nolive

Mary Jane 31/05/2014 20:04

Bonjour. Mon père vit à Puerto Ordaz (Ciudad Guayana), est un cycliste et journaliste, ont été la lecture de votre blog, propose un hébergement si ils ont prévu de passer quelques jours dans la ville. Si vous êtes intéressé, vous pouvez m'écrire via twitter à @ mjrawrr et je vais les mettre en contact avec lui.

Cordialement,

Bon voyage!

JOse Angel 27/05/2014 05:28

MUchachos excelente me alegra mucho que esten bien y en caracas un abrazo dios los cuide

Roues Libres 27/05/2014 22:57

Hola Jose, muchas gracias por seguirnos en el blog... Debemos escribir en español... Un gran abrazo!

Toni Azoz 27/05/2014 01:12

Me contenta ver que llegaron bien a Caracas un abrazo desde Valencia Saludos Toni.

Roues Libres 27/05/2014 22:56

Hola Toni, estamos muy bien, mañana seguimos por la costa. Un gran abrazo :)

Stats

Nous sommes rentrés!

Daisypath Vacation tickers

Kilometrage Localisation
Au 04/09/2014 Au 04/09/2014
30 431km Cayenne

Où sommes-nous?

Nous contacter

   enveloppe

Catégories

Traduce / Translate