Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 février 2014 7 09 /02 /février /2014 23:21

Nous pensions remonter rapidement le long de la côte, mais nous avions de nouveau sous-estimés les richesses de l'Equateur. Nous avons finalement pris le temps de découvrir d'autres facettes de ce pays!

On repart!
Après nos 3 semaines de "vacances" avec Fanny et Caro, nous repartons de Guayaquil en vélo. Il nous faut peu de temps pour retrouver notre rythme et nos habitudes. Le temps est maussade, voire pluvieux. On sait que la saison des pluies a commencé ici, on n'espère juste qu'on passera un peu entre les goutes...

Guayaquil - Tulcan - 1110 km - Un peu plus d'Equateur

La côte!
Nous voilà de nouveau face au Pacifique. Les villages touristiques alternent avec des zones sauvages quasi désertiques, des forêts, des zones cultivées (principalement de l'élevage de crevettes) et bien sûr des plages.

Guayaquil - Tulcan - 1110 km - Un peu plus d'Equateur
Guayaquil - Tulcan - 1110 km - Un peu plus d'EquateurGuayaquil - Tulcan - 1110 km - Un peu plus d'Equateur

Le soir, on cherche le bivouac parfait, pas toujours facile d'accès, et quelques fois, on y arrive : plage rien que pour nous, coline surplombant la mer, les falaises et le village au-dessous, sous un toit les nuits de pluie ou tout simplement sous les cocotiers :

Guayaquil - Tulcan - 1110 km - Un peu plus d'Equateur

Le temps est finalement plutôt clément, et nous avons droit le soir à de magnifiques couchers de soleil sur le Pacifique:

Guayaquil - Tulcan - 1110 km - Un peu plus d'Equateur

Après avoir visité la ligne de l'"équateur" près de Quito, on la retraverse de nouveau, à vélo et sur la côte cette fois. Pas de panneau, pas de grand monument grandiloquent. On sait qu'on passe enfin dans l'hémisphère Nord. En revanche, qui dit équateur au niveau de la mer, dit climat tropical étouffant. En journée, il fait très chaud, alors dès qu'on peut, on se baigne pour se rafraîchir. La nuit, il fait aussi très chaud, alors quand c'est possible et que le temps n'est pas trop menaçant, on installe juste la moustiquaire pour dormir à la fraîche!

Guayaquil - Tulcan - 1110 km - Un peu plus d'Equateur

Enfin, nous continuons à découvrir la faune du pays. Sur une plage, d'étranges banderoles (type scènes de crime!!) entourent un grillage. Un petit panneau explique qu'ici une tortue a pondu ses oeufs en décembre dernier et qu'il est nécessaire de les protéger de tout (enfants qui creusent, chiens qui jouent, voitures déambulant sur la plage...). On croise aussi une mini tortue de terre au bord de la route, un scorpion qui a élu domicile sur le vélo de Bibou pendant la nuit, des lucioles, des dauphins et des crabes transportant des milliers d'oeufs (c'est aussi leur période de reproduction):

Guayaquil - Tulcan - 1110 km - Un peu plus d'Equateur
Guayaquil - Tulcan - 1110 km - Un peu plus d'Equateur
Guayaquil - Tulcan - 1110 km - Un peu plus d'Equateur
Guayaquil - Tulcan - 1110 km - Un peu plus d'Equateur

A l'extrême nord de l'Equateur, nous nous arrêtons à La Tola, à l'entrée d'une zone protégée de mangroves. Malgré nos efforts, nous n'arriverons pas à visiter le site archéologique et les profondeurs de la mangrove. En revanche, nous passons 2 jours d'un bout à l'autre, d'île en ports, à profiter des paysages et de la vie un peu à l'écart du reste du monde.

Guayaquil - Tulcan - 1110 km - Un peu plus d'Equateur

Ca monte et ça descend...
On espérait secrètement que la côte serait un terrain plat, sans montée, juste pour profiter de la mer... Il y a certes quelques zones de plat, mais aussi des falaises à contourner. Le pire reste quand même les zones de plat privatisées : élevages de crevettes ou résidences luxueuses face à la mer. On doit alors se taper un détour qui ne fait pas plaisir du tout...

Guayaquil - Tulcan - 1110 km - Un peu plus d'Equateur

Ajoutez à cela des températures supérieures à 30°C et une humidité importante, et on se transforme vite en eau dans les montées...

Heureusement, parfois, on arrive à éviter quelques détours. On se retrouve alors sur des bateaux pour traverser une baie ou une zone de mangroves où il n'y a pas de routes. Avec un peu d'appréhension, on charge nos vélos et tous les bagages sur le bateau et finalement on découvre encore une autre facette de l'Equateur!

Autour d'un repas...
Par 2 fois, nous sommes hébergés chez des Equatoriens : Mauricio à San Vincente et Edison et Alexandra à Esmeraldas. Une bonne occasion de discuter de notre voyage, mais surtout de ce pays, de sa politique, de ses progrès, de son économie... Nous sommes accueillis comme chez nous, on en profite pour se reposer et partager un repas, simple ou élaboré. On ouvrira d'ailleurs notre 2ème boîte de foie gras que les filles nous ont raportée avec Edison et Alexandra.

Guayaquil - Tulcan - 1110 km - Un peu plus d'EquateurGuayaquil - Tulcan - 1110 km - Un peu plus d'Equateur

Côté discussions, les sujets politiques sont à la mode : c'est en ce moment la campagne pour les élections locales (maires, conseillers et préfet)!

Ce pays est en pleine transformation, de nouvelles routes sont construites, le tourisme est mis en avant, mais il reste encore beaucoup à faire. La plupart des productions principales sont exportées brutes parce qu'il n'y a pas d'industrie de transformation : cacao, café, bananes, crevettes... C'est même un paradoxe : le cacao d'Equateur est très réputé, et pourtant il est quasiment impossible de trouver du chocolat en tablette ici, juste pour grignoter, ou alors à des prix extravagants.

Au niveau politique, il y a comme un malaise. Le président Rafael Correa semble avoir lancé de nombreux chantiers pour améliorer la vie des Equatoriens et tourner le pays vers le développement. Mais dans le même temps, un climat populiste règne et ces jours-ci un caricaturiste a dû modifier une caricature parce que le président la considérait comme une infamie! Une modification de la constitution va d'ailleurs peut-être lui permettre de se représenter une nouvelle fois...

D'autres moments importants
Citons tout d'abord l'anniversaire de Tetef! Oui, déjà 32 ans. Comme nous étions dans la grande ville d'Esmeraldas, on a pu se cuisiner un repas de fête : porc à l'aigre douce, fromage, far breton, vin (en brique, du Chili...) et chocolats (importés d'Argentine...)!

Guayaquil - Tulcan - 1110 km - Un peu plus d'Equateur

Enfin, notons aussi le 22 000ème km, fait près de la côte, avec la jungle en toile de fond.

Guayaquil - Tulcan - 1110 km - Un peu plus d'Equateur

On remonte!
Ca y est, nous avons longé toute la côte équatorienne. Mais notre périple dans ce pays n'est pas fini! Nous remontons vers les Andes, le long de la frontière colombienne. La première partie est assez éprouvante : en plus de la chaleur, ça monte beaucoup, puis ça redescend avant de remonter très fort. Le dénivelé nous use. Mais tout se fait et on repasse en quelques jours au-dessus des 1000m. De manière spectaculaire, mais prévisible, on change radicalement de paysage : après l'humidité et la jungle, on arrive dans des montagnes avec peu de végétation, voire carrément sèches. Le climat est plus agréable même si le dénivelé ne nous fait pas avancer plus vite...

Guayaquil - Tulcan - 1110 km - Un peu plus d'Equateur

Au coeur des Andes, on retrouve la panaméricaine. Et il ne nous faut qu'une demi-journée pour croiser Mélanie, notre première cyclotouriste depuis longtemps. Canadienne, elle arrive de Colombie et a traversé ce pays toute seule, sans encombres. On échange beaucoup d'infos et, comble de chance pour nous, elle nous offre son guide de Colombie!

Guayaquil - Tulcan - 1110 km - Un peu plus d'Equateur

La remontée continue : 2000m, puis 3000m, vraiment à la vitesse de l'escargot. Nos jambes n'étaient plus habitués à autant d'effort et l'air se fait plus léger. On a ressorti nos polaires, les températures redescendent en dessous de 20°C...

Nous voilà au bout de l'Equateur, à Tulcan. Cette ville frontiere est finalement agreable pour une petite pause. On se laisse meme surprendre par le magnifique cimetiere, avec ses cipres sculptes!

Guayaquil - Tulcan - 1110 km - Un peu plus d'Equateur
Guayaquil - Tulcan - 1110 km - Un peu plus d'Equateur
Guayaquil - Tulcan - 1110 km - Un peu plus d'Equateur

De l'autre côté commence la Colombie. Nous avons tous nos a prioris sur ce pays, et après avoir discutés avec tous les autres cyclistes qui l'ont traversée, nous n'avons qu'une hâte : traverser la Colombie et casser tous ces clichés!

L'album photo complet est disponible au lien suivant :

Partager cet article

Repost 0
Published by Roues Libres - dans Récit de voyage Ecuador
commenter cet article

commentaires

AJfamily 18/02/2014 10:40

Je veux les même cyprès !
bon anniv super en retard Tétef
bon courage aux gambettes musclées... c'est quand qu'on voit revoit pour de vrai ?

Julie dit parfois "bibou", mais on ne comprend pas bien ce que ça veut dire...La traduction serait peut-être "debout" :-) ..mais on n'a pas insisté pour traduire Bibou en Jérôme, parce que Jérôme, c'est papa !

Roues Libres 18/02/2014 20:10

Salut a vous!

Merci pour l anniv de Tetef!

Les gambettes reprennent le rythme tranquillement. Ce matin, on a encore fait pres de 1000m de denivele positif. On se fait une longue pause ce midi pour recuperer...

Pour nous revoir, normalement l annee est fixee : 2014. Pour le mois, ca reste encore tres indecis : le trajet n est pas tout a fait finalise. Il y aura peut etre encore quelques detours (en Amerique du Sud quand meme), meme si on compte toujours terminer en Guyane francaise. Donc, bon, peut etre pas avant juillet, aout, ou au dela...

Je pense que Julie suit de maniere inetense nos aventures, et que c est pour ca qu elle a ce mot a la bouche : Tetef, c est plus dur a dire, et Bibou, c est quand meme le meilleur. Tout simplement.

Gros bisous a vous 3!!!

Maman Papa 11/02/2014 09:57

Superbe les photos, nous en avons plein les yeux................
Elles sont rigolotes tes bougies.

Continuez de bien en profiter.
Biz

Roues Libres 18/02/2014 20:04

La cote etait vraiment jolie (meme si pas tres plate) et c est vrai que les photos rendent bien.

Pour les bougies, il faut se mefier de ce qui est beau et rigolo : elles n etaient pas du tout pratique a allumer et a souffler! En plus, je les ai plantees dans le far breton encore chaud, ce qui fait que le pied commencait a fondre et la bougie a tomber... C est aussi pour ca qu elles sont plantees dans un bol de sucre sur la photo :-*

Rom 11/02/2014 07:38

Mais vous ne répondez pas à LA question. Si le sens d'évacuation de l'eau est différent entre l'hémisphère Nord et l'hémisphère Sud, commenr se fait l'évacuation sur l'équateur?? Biiiiz

Roues Libres 18/02/2014 20:01

Hummm, le monde de la physique est pure en theorie, mais des qu on s attaque a la pratique... Alors, pour avoir un vrai phenimene different, il faut se trouver un peu plus loin de l equateur et avec une eau parfaitement calme et sans turbulence. Et quand le mec nous a fait une demonstration, il versait l eau vers le cote qui allait bien pour que ca tourne comme il faut! Les gens etaient ebahis! Mais c est vraiment abuse...

Et pour ce qui est de l equateur, ca doit surement se vider sns tourner. Mais on n a pas eu l occasion de prendre un bain sur l equateur (on se lave peu, tu sais...) :-)

SLK et FD 11/02/2014 07:15

Trop marrantes les bougies d'anniversaire !
Bonne découverte colombienne, à bientôt ! Bises

Roues Libres 18/02/2014 19:58

Ouais, trop marrantes, sauf que le fil mesurait un demi centimetre, et qu elles se sont eteintes avant que Tetef ne les souffle... C est pour ca que sur la photo, il les rallument !!

Stats

Nous sommes rentrés!

Daisypath Vacation tickers

Kilometrage Localisation
Au 04/09/2014 Au 04/09/2014
30 431km Cayenne

Où sommes-nous?

Nous contacter

   enveloppe

Catégories

Traduce / Translate